Nous sommes de plus en plus de parents à nous inquiéter de la mauvaise santé du système scolaire français : stress, résultats scolaires médiocres, difficulté à intégrer les élèves différents, harcèlement au collège… Beaucoup se tournent ainsi vers les écoles alternatives – souvent des écoles Montessori – dont les méthodes semblent prometteuses, tant pour la réussite scolaire que pour l’épanouissement des enfants. Mais ces alternatives, qui prennent la forme d’écoles privées hors contrat, restent chères et sont loin d’être accessibles à tous. Je vous propose aujourd’hui de faire le point : pourquoi le tarif des écoles Montessori est-il si élevé ? Peut-on faire bénéficier son enfant de pédagogies alternatives quand on a un petit budget ? Existe-t-il des écoles Montessori gratuites ? 

le tarif des écoles Montessori
Combien coûte vraiment une école Montessori ?

 

Combien d’enfants sont scolarisés dans des écoles Montessori ?

 

Ecole traditionnelle vs. écoles alternatives : un débat passionné au Festival pour l’Ecole de la Vie 2018

Lors de la dernière édition du Festival pour l’Ecole de la Vie, j’étais invitée à participer à une table ronde sur ce thème : “Quel est votre regard sur l’école traditionnelle et toutes les alternatives proposées ? Les écoles alternatives restent chères et donc ne sont pas accessibles à tous. Comment, selon vous, en faire bénéficier le plus grand nombre et qu’elles deviennent ainsi accessibles ?”

Ca a été un très chouette débat ! Le but n’était pas de casser du sucre sur le dos de l’école publique, mais de voir comment toutes les initiatives actuelles peuvent participer à offrir une meilleure qualité d’éducation à TOUS les enfants. Et le chapiteau qui abritait la conférence était… rempli ! Une audience large et attentive, un vendredi après-midi à l’heure de la sieste, c’est dire si la question est importante 🙂

 

Les écoles Montessori sont très peu nombreuses à l’échelle du système scolaire français

Avant de plonger dans le vif du sujet – le tarif des écoles Montessori – je voudrais partager quelques informations avec vous sur la situation de l’école en France pour bien savoir de quoi on parle :

1. En droit des affaires, on dirait que l’école traditionnelle a une position de quasi-monopole en France : 99,5% des enfants sont scolarisés dans des écoles publiques ou écoles privées sous contrat

2. Les écoles alternatives sont petites et peu nombreuses, même si leur nombre augmente rapidement chaque année : elles scolarisaient tout au plus 0,5% des enfants en 2017. Et encore cela inclut-il des écoles privées hors contrat confessionnelles. Donc le nombre d’enfants scolarisés dans des écoles laïques, qui offrent une pédagogie alternative type Montessori, sont encore moins nombreux.

3. Les écoles alternatives sont coûteuses. Le tarif des écoles Montessori et des écoles alternatives en général n’est pas accessible à tous les parents : en moyenne, pour une année dans une école Montessori, il faut compter autour de 5.000€

 

4. Les cursus offerts par les écoles alternatives sont limités : les écoles qui offrent un parcours complet de la maternelle au baccalauréat sont extrêmement rares. Le plus souvent, les parents sont donc dans l’obligation de réintégrer leurs enfants dans le système scolaire classique… avec toutes les inquiétudes et les difficultés que ça représente 🙁

5. Je vais faire grincer des dents en disant cela, mais il s’agit pourtant d’une réalité : il n’existe pas aujourd’hui de contrôles efficaces de ce qui se passe dans les écoles alternatives, pour s’assurer de la qualité pédagogique. Une fois que l’école a obtenu toutes les autorisations d’ouverture – et ceux qui ont créé leur école savent à quel point c’est difficile ! – l’Education nationale est très peu présente pour voir ce qui se passe réellement dans l’école

Découvrez aussi l’article : Ecole française, dur retour à la réalité après 2 ans à l’étranger

 

Pourquoi les écoles Montessori sont si chères… et pauvres !

 

Les écoles Montessori sont des écoles privées hors contrat… non subventionnées

Festival pour Ecole de la Vie 2018
Ecole traditionnelle vs. écoles alternatives : une belle table ronde au Festival pour l’Ecole de la Vie 2018 !

Alors pourquoi le tarif des écoles Montessori est-il si élevé ?

La réponse est simple : les écoles alternatives sont des écoles privées hors contrat. La conséquence de ce statut, c’est qu’elles sont privées de financement public. Les coûts de fonctionnement de l’école – salaire des enseignants, loyer… – reposent quasi-exclusivement sur la participation financière des parents.

C’est pour cela que les écoles alternatives sont chères : en moyenne, on peut dire que les parents déboursent 5.000€ par an pour scolariser leur enfant dans une école Montessori, une école Steiner, une école démocratique…

Il y a bien sûr des écoles moins chères. Il y a aussi des écoles plus chères, notamment à Paris où les frais de scolarité s’envolent vite vers 7.000€ à 8.000€ par an.

 

Les écoles Montessori n’ont pas plus de moyens que l’école publique

Et pourtant, contrairement à une idée reçue, les écoles alternatives n’ont pas plus de moyens que l’école publique. Bien au contraire ! Les écoles Montessori sont, sauf exception, des écoles pauvres. Voici un petit calcul (ne vous inquiétez pas, ça va rester simple à suivre 😉 ) pour bien comprendre :

1. L’Etat dépense en moyenne 6.400€ par an pour chaque élève de primaire inscrit dans une école publique ou dans une école privée sous contrat. C’est une somme que les parents ne voient pas : les écoles publiques sont gratuites pour les parents. Ces 6.400€ sont financés par les impôts de tout le monde.

2. Reprenons le chiffre moyen de 5.000€ de frais de scolarité dans les écoles alternatives. Cela veut dire que pour chaque élève qu’elle accueille, une école Montessori doit fonctionner avec 1.400€ de moins par élève et par an par rapport à une école publique

3. Ca n’a l’air de rien comme ça, mais si on fait le calcul sur une classe de 25 enfants, cela veut dire qu’une école Montessori se débrouille avec 35.000€ de moins chaque année qu’une école publique :o)

 

Quand on voit ces chiffres, on comprend mieux l’énergie formidable qu’il faut pour créer une école Montessori et réussir à la faire vivre dans le temps ! Cela demande des trésors d’ingéniosité et de solides qualités de gestion pour éviter d’être dans le rouge tous les ans. Alors même que les parents font souvent un sacrifice financier pour inscrire leurs enfants dans ces écoles.

Cette situation explique aussi pourquoi les écoles Montessori ont du mal à grandir et à offrir des classes au-delà de la maternelle et du primaire : les écoles alternatives sont chères, mais pauvres. Elles se battent souvent pour exister et n’ont pas les ressources pour se développer.

 

Des écoles publiques Montessori très discrètes

 

Les pédagogies alternatives sont de plus en plus présentes à l’école publique

Est-ce qu’une solution pour que tous les enfants puissent avoir accès aux pédagogies alternatives, quelque soient les ressources de leur parents, ne serait pas d’intégrer ces pédagogies dans l’Education nationale ?

On voit aujourd’hui de plus en plus d’enseignants du public et du privé sous contrat se former – souvent sur leur temps libre et sur leurs deniers personnels ! – à des pédagogies plus centrées sur l’enfant et plus innovantes : Montessori, Freinet, Steiner, différenciation pédagogique, classe inversée, avancées des neurosciences

C’est encourageant : l’école publique bouge ! Ces initiatives sont nombreuses, mais elles sont aussi très discrètes. Elles sont rarement communiquées aux parents, qui du coup sont privés de la possibilité de faire un choix pour leurs enfants. C’est souvent en cours d’année que les parents découvrent que l’enseignant “fait quelque chose de différent” avec les enfants.

 

À la rentrée 2016, s’est ouverte la 1ère école publique Montessori. L’initiative a fait grand bruit et a soulevé beaucoup d’espoirs ! Elle a aussi apporté la preuve qu’il est tout à fait possible en l’état actuel de faire une place à ces pédagogies dans l’Education nationale.

Rendre les pédagogies alternatives disponibles dans les écoles publiques, c’est une piste très sérieuse pour que Montessori &co soient enfin accessibles à tous les enfants. Ainsi, le tarif des écoles Montessori ne serait plus un obstacle.

 

Le modèle de l’école finlandaise

Il y a un pays qui fait rêver le monde de l’éducation. Un pays qui a réussi à moderniser son école, à intégrer les apports des pédagogies centrées sur l’enfant dans le fonctionnement normal de l’école. Ce pays, c’est la Finlande. Les résultats scolaires de l’école finlandaise sont excellents : elle se hisse à la 5ème place du dernier classement PISA. Les enfants sont heureux d’aller à l’école et bénéficient d’une vraie égalité des chances.

Malheureusement, en France, il n’y a pas de signe qu’un tel changement puisse faire consensus et avoir lieu de façon structurée et cohérente à court ou à moyen terme 🙁 Sommes-nous pour autant condamnés à rester dans la situation actuelle, qui n’est clairement pas satisfaisante ?

Découvrez aussi l’article : Ces enseignants qui font bouger l’école française !

 

Quelles aides financières pour diminuer le tarif des écoles Montessori ?

 

Subventionner les écoles Montessori : sur les traces de l’Angleterre et de la Suède

Aides financières écoles Montessori
Et si l’Education nationale finançait les écoles Montessori ? Une idée pas si folle…

Il est une autre possibilité à considérer, qui serait que les écoles alternatives conservent leur liberté pédagogique, mais en bénéficiant de subventions publiques.

Cela permettrait de rendre les écoles Montessori gratuites. Les parents seraient ainsi libres de faire leur choix, indépendamment du tarif des écoles Montessori. Quoi ? Est-ce vraiment si simple ?

 

Cette approche est testée par l’Angleterre depuis les années 90. Là-bas, la création de “free schools” a été encouragée par les pouvoirs publics : il s’agit d’écoles crées à l’initiative de la société civile, bien souvent des parents, et qui sont subventionnées par l’Etat comme des écoles publiques.

Pour mettre en place ce modèle, l’Angleterre s’est inspirée de la Suède, pays pionnier dans ce domaine. Nous avons le privilège d’avoir ces deux expériences devant nous, et donc d’avoir du recul sur ce qui fonctionne et sur les erreurs à éviter.

 

Si l’Education nationale finançait les écoles alternatives – à hauteur de 6.400€ par élève et par an, comme dans le public – ces dernières pourraient jouer avec des moyens enfin adaptés un rôle de laboratoire pour moderniser l’école. Le tarif des écoles Montessori ne serait plus un problème, puisque la totalité des coûts seraient financés par subventions publiques.

Et cela permettrait de mesurer de façon fiable ce qui marche et ce qui marche moins bien sur le plan :

  • des performances académiques
  • du bien-être des élèves, des enseignants et des parents
  • des compétences du 21ème siècle : empathie, coopération, plaisir d’apprendre…
  • des inégalités sociales

 

Des aides financières ingénieuses pour réduire le tarif des écoles Montessori

En attendant, il reste une piste pour rendre les écoles Montessori accessibles au plus grand nombre. Cette piste est explorée par de plus en plus d’écoles. L’objectif est d’obtenir un maximum d’aides financières pour réduire le tarif des écoles Montessori à la charge des parents. Les écoles alternatives font preuve de beaucoup de volonté et de créativité dans ce domaine :

  • modulation des frais de scolarité selon les revenus des parents, systèmes de bourses
  • appel au bénévolat des parents
  • mécénat d’entreprises et de fondations
  • réduire les coûts d’ouverture de l’école en récupérant du mobilier auprès d’entreprises/ d’associations. Confier une partie des travaux à des étudiants du bâtiment…

 

Comment ça se passe chez vous ?

Pour finir, les écoles alternatives posent aussi la question de l’égalité des chances. Car au-delà du tarif des écoles Montessori, ce sont les parents les plus investis qui s’intéressent à ce type d’initiatives. C’est pour cela que nous devons avoir une véritable ambition pour l’école, un vrai projet de société, qui ne s’en remette pas seulement aux parents.

Il s’agit d’avoir un projet commun de transmettre à la génération qui vient après nous, de la préparer à voler de ses propres ailes, sans se reposer exclusivement sur ce qui est fait ou pas à la maison. Il est grand temps de faire évoluer notre système éducatif dans son ensemble. De rechercher un consensus de société sur ce que nous voulons pour l’école. Et de faire la place qu’elles méritent aux pédagogies centrées sur l’enfant… qui sont aujourd’hui incarnées de façon confidentielle par les écoles alternatives !

 

A vous de jouer maintenant ! Comment pourrait-on rendre les pédagogies alternatives plus accessibles à tous les enfants ? Comment réduire le tarif des écoles Montessori ? Laissez votre avis dans les commentaires… et partagez l’article avec vos amis !

 

 

Crédit photo : Fotolia

6 comments on “Le Tarif des Ecoles Montessori : Bientôt Gratuites ?”

  1. Bonsoir Magali,

    Merci pour ces informations (presque) en direct live du Festival pour l’école pour la vie.
    Cela fait plusieurs années que j’hésite à m’y rendre, mais comme mes enfants sont ados, j’ai l’impression de ne plus avoir de possibilité d’agir, et pourtant, cette impression est fausse, car à tout âge, nous pouvons agir.
    Je m’explique … un peu par mon expérience personnelle.
    Si j’ai été “dans le moule” à l’école, ce n’est pas pour autant que ma vie professionnelle a été épanouissante sur le long terme. J’ai donc appris à mes enfants à prendre du recul, et à cultiver “l’apprendre autrement” et les intelligences multiples (voir cet article : http://adolescence-positive.com/donner-chances-enfant-apprentissages/).
    Ils ne sont pas très à l’aise dans le système public, mais les collèges et lycées de type Montessori sont rares et ne sont pas dans nos moyens financiers et géographiques.
    A noter, 1 seul lycée Montessori en France, à Bailly (voir cet article : http://etudiant.lefigaro.fr/article/mon-avis-sur-le-lycee-montessori-a-12-ans-un-eleve-peut-suivre-un-cours-de-seconde-_e13f29e8-d1b8-11e6-8bd8-580394ba5090/)

    Je pense donc que pour favoriser l’entrée de la pédagogie Montessori dans l’école publique jusqu’à ses plus hauts niveaux, il faut relayer ne serait-ce que son existence, auprès de nos enfants, de notre entourage, nos collègues, de bien leur expliquer qu’il ne s’agit pas d’une secte, mais de s’adapter aux nécessités du 21e siècle.

    Carole.

    • Bonjour Carole,

      Merci pour ton message, ça fait plaisir de te revoir ici 🙂 Super intéressant le témoignage de Thomas, l’ancien élève du lycée Montessori !

      A bientôt,
      Magali

    • Bonjour Cendrine,

      Oui, la Suède a généralisé ce dispositif du chèque éducation qui permet aux parents de choisir l’école de leurs enfants, quelque soient leurs revenus 🙂

      Les résultats de l’expérience ne sont toutefois pas très positifs : le chèque éducation aurait eu pour effet d’accroître les inégalités, sachant qu’en parallèle la Suède a autorisé des entreprises à entrer sur le “marché” de la gestion des écoles. Ce bilan est à remettre dans le contexte d’un système éducatif suédois qui ne se porte pas très bien, pour toute une série de raisons : on ne peut pas agiter le chèque éducation comme un chiffon rouge en disant qu’il est responsable à lui seul de tous les problèmes de l’école suédoise 😉

      A bientôt sur Parents du 21ème siècle,
      Magali

  2. Merci pour cet article ! Pour information les écoles Montessori privées sous-contrat ça existe : l’école Jeanne d’Arc à Roubaix, avec du coup des tarifs beaucoup plus abordables et en fonction des ressources des parents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *