Montessori pédagogie réussite académique
Montessori : qu’y apprennent les enfants ?

Longtemps, la pédagogie Montessori a été perçue comme marginale, voire sectaire en France.

Réservée à quelques parents faisant un choix d’éducation radicalement alternatif pour leurs enfants.

Renversement de tendance aujourd’hui : cette pédagogie devient à la mode.

Les quelques 150 écoles se réclamant de Montessori en France affichent de longues listes d’attentes, particulièrement à Paris.

Partout, dans les magasins de jouets, et même dans les applications pour tablette, on trouve des jeux éducatifs dits Montessori.

Serait-ce l’effet des célébrités passées par les écoles Montessori ? Aux Etats-Unis, on met ainsi en avant Steve Jobs, Bill Gates, Larry Page et Sergey Brin (fondateurs de Google), Jeff Bezos (fondateur d’Amazon)… Et en Angleterre – le croirez-vous ? – les princes William et Harry.

Alors, qu’en penser ?

Début octobre, une amie m’a éclairée sur LA question que peuvent se poser les parents à propos de cette pédagogie (indépendamment de la question financière) :

« Montessori, ça a l’air vraiment top pour les enfants, pour leur épanouissement. Je n’ai aucun doute là-dessus. Certainement mieux qu’à la maternelle du quartier. Mais, franchement, je ne me vois pas mettre mon enfant dans une école Montessori. Sauf si on m’apportait la preuve que les enfants qui sont passés par ces écoles réussissent après : par exemple, est-ce qu’on peut avoir les taux de réussite au bac des anciens élèves de ces écoles ? Si j’avais la preuve de cette réussite, là oui, je crois que je le ferais »

Dans cette confusion – approche éducative marginale ou phénomène de mode, mise en avant de stars – il m’a paru intéressant de revenir aux origines de cette pédagogie pour se faire un début d’opinion.

Comment Maria Montessori a-t-elle développé sa pédagogie ? Pour répondre à quels besoins ? Et surtout avec quels résultats académiques ?

Une femme au parcours hors norme… et une vision novatrice des enfants

Maria Montessori novatrice
La 1ère femme médecin d’Italie

Maria Montessori a un parcours académique exceptionnel : elle est la 1ère femme médecin d’Italie, à une époque où les études de médecine sont réservées aux hommes.

Talent et persévérance : elle obtient les dérogations nécessaires pour pouvoir étudier et décroche son diplôme de médecin en 1897.

Elle ne s’arrête pas là et poursuit des études de biologie, de psychologie et de philosophie.

Dès le début de sa pratique de médecin, elle se démarque par une vision très novatrice de ses petits patients.

Travaillant à Rome auprès d’enfants ayant un handicap mental, elle a vite la conviction que ceux-ci ont plus besoin d’une pédagogie adaptée pour progresser qu’un réel problème médical.

Elle obtient la création d’une école spécialisée pour ces enfants, dont elle a la charge. Là, elle y observe leur comportement et travaille à leur développement.

Elle commence à mettre au point une méthode qui respecte, stimule et rend plus actifs ces enfants. Et elle crée aussi du matériel pédagogique qui soutiendra sa méthode.

C’est là qu’il se passe quelque chose d’extraordinaire : les enfants que Maria Montessori accompagne font de tels progrès… que certains se présentent aux examens de fin d’études primaires ! Et y obtiennent de très bons résultats !

Des résultats académiques exceptionnels dans l’Italie du début XXème siècle

Les résultats de ces enfants handicapés laissent Maria Montessori devant un mystère : comment se fait-il que tant d’enfants sans handicap, scolarisés dans le système éducatif classique, échouent ou obtiennent des résultats médiocres aux examens de fin d’études primaires ?

Déterminée à lever ce mystère, elle poursuit le projet de créer une école pour des enfants sans handicap mental. Ce sera chose faite en 1907 avec l’ouverture de la 1ère Maison des Enfants, destinée à accueillir des enfants d’un quartier ouvrier de Rome.

Elles sont 2, Maria Montessori et une assistante, pour encadrer 50 enfants de 3 ans à 6 ans… comme quoi les classes surchargées ne datent pas d’hier 🙂 Et des enfants sans handicap mental, certes, mais que l’on considèrerait comme très défavorisés aujourd’hui : pauvres, de parents analphabètes, jamais scolarisés et surnommés « les petits vandales de San Lorenzo » du nom de leur quartier.

Pour l’aménagement de la classe, Maria Montessori a fait fabriquer des meubles à la taille des enfants – une initiative révolutionnaire à l’époque ! – et a installé le matériel qu’elle utilisait avec les enfants handicapés.

Puis elle observe comment les enfants évoluent dans cet environnement. Et au fur et à mesure, elle modifie le matériel et les activités proposées pour mieux répondre aux besoins d’apprentissage des enfants.

C’est ainsi qu’elle dégage les grands principes de sa pédagogie : laisser les enfants choisir librement leurs activités et les répéter autant de fois qu’ils le souhaitent, les périodes sensibles auxquelles un enfant sera prêt pour un apprentissage…

Les résultats sont spectaculaires : en moins d’un an, ces enfants âgés de 3 ans à 6 ans commencent à lire et à écrire spontanément. Ils deviennent sûrs d’eux, motivés, responsables.

Ces résultats attirent l’attention du monde entier : des journalistes, des experts en pédagogie viennent voir « les enfants miracles du Dr Montessori ».

Maria Montessori poursuit ses recherches. Elle crée un programme pour les enfants du primaire, de 6 ans à 12 ans. Là aussi les résultats sont une révélation : ces enfants atteignent un niveau académique bien plus élevé qu’on ne le pensait possible pour des enfants de cet âge !

Mon enfant aura-t-il lui aussi des résultats spectaculaires s’il va dans une école Montessori ?

Réussite scolaire académique
Un crack des maths avec Montessori ?

Les résultats qui viennent d’être présentés sont ceux obtenus par Maria Montessori, femme et pédagogue d’exception.

De 1907 à sa mort en 1952, elle a œuvré à préciser, expliquer son approche pour qu’elle puisse être répliquée dans des milliers d’écoles dans le monde (22 000 aujourd’hui).

Comme dans toute pédagogie, pour obtenir de bons résultats il y a les principes et leur mise en application au quotidien.

Au-delà du label, les progrès que fera votre enfant dans une école Montessori dépendront donc pour beaucoup de la qualité des enseignants de l’école.

Au fil de discussions avec des amis ou connaissances ayant scolarisé leurs enfants dans des écoles Montessori, j’ai entendu une grande variété de témoignages :

« Les enfants étaient livrés à eux-mêmes, ils n’apprenaient rien »

« On se retrouvait avec un enfant roi à la maison, habitué à faire seulement ce qu’il voulait »

« Ma fille voulait apprendre à lire en moyenne section maternelle, mais la maîtresse disait que ce n’était pas possible, sauf à lui faire sauter une classe. 3 mois après avoir fait sa rentrée dans une école Montessori, elle déchiffre tout ce qui lui tombe sous la main. Quel bonheur de la voir apprendre avec plaisir ! »

« Mes deux enfants sont allés en école Montessori jusqu’au primaire, ma femme et moi en étions très contents. Et leur intégration au collège public s’est faite sans aucune difficulté ».

En lisant les commentaires sur des forums de discussion françaisde personnes n’ayant pas, sauf exception, scolarisé leurs enfants dans des écoles Montessori – j’ai recensé des avis pour l’essentiel très négatifs, qui donnent certainement une bonne image de la perception actuelle de cette pédagogie en France.

Cela me paraît intéressant de nuancer cette opinion par celle que je vois depuis que je vis à l’étranger. En Malaisie où j’habite – comme dans beaucoup d’autres pays – les expatriés et riches locaux inscrivent massivement leurs enfants dans des écoles Montessori : le plus souvent de 18 mois à 6 ans, avant de poursuivre la scolarité en école internationale.

A l’étranger, c’est le schéma classique pour les parents soucieux de donner les meilleures chances de réussite académique à leurs enfants.

En conclusion, j’y vais ou j’y vais pas ?

En conclusion, si vous êtes tentés par l’expérience, voilà 2 idées à retenir :

inscrire votre enfant dans une école Montessori ne signifie pas le pénaliser sur le plan académique : au contraire, potentiellement ses résultats pourraient être bien meilleurs que dans l’école du quartier.

– comme dans le système classique, il y a de grandes variations de qualité d’une école Montessori à l’autre : renseignez-vous, faites une liste de quelques établissements, rencontrez des parents ayant inscrit leurs enfants dans ces écoles qui pourront vous faire partager leur expérience, rencontrez les enseignants de l’école pour voir si vous vous sentez à l’aise pour leur confier votre enfant.

Votre enfant est scolarisé en école Montessori ? Il suit des ateliers extra-scolaires Montessori ? Vous pratiquez des activités Montessori à la maison ?

Faites-nous partager votre expérience, laissez un commentaire !

 

Sources documentaires : Apprends-moi à faire seul, la pédagogie Montessori expliquée aux parents de Charlotte Poussin – Wikipédia

Crédit photo : Fotolia

Recherches utilisées pour trouver cet article : ecole montessori avis ,méthode montessori avis ,ecole montessori avis negatif ,avis ecole montessori ,montessori critique ,ecole montessori critique ,critique école montessori ,ils ont réussi après un passage par lécole montessori ,montessori critiques ,célébrités et écoles Montessori

32 Comments on Quels résultats scolaires pour la pédagogie Montessori ?

  1. Bonjour Magali,

    Merci pour cet article, j’ai vu récemment cette vidéo d’un Tedex ou une jeune professeure des écoles partage les résultats obtenus lors d’une expérience en maternelle en ZEP;

    https://www.youtube.com/watch?v=nwVgsaNQ-Hw

    c’est assez réjouissant à priori, mais comme tu le soulignes les résultats peuvent être différents d’un enseignant /école à un(e) autre.. Se renseigner / aller voir l’école et l’équipe en place est toujours une étape importante .

    • Bonjour Agathe,

      Merci pour votre message !

      Oui, ce qu’a réalisé Céline Alvarez à Gennevilliers est absolument enthousiasmant. Ma compréhension de son travail c’est qu’elle est partie de la pédagogie Montessori, qu’elle a actualisée des dernières connaissances en sciences cognitives et linguistiques. Et, ce qui est particulièrement rare en France, elle a travaillé dans une vraie démarche scientifique, avec la participation du CNRS pour mesurer les résultats obtenus. Ces résultats sont aussi bluffants que ceux obtenus par Maria Montessori à l’époque, avec par exemple des enfants qui sont évalués “en retard” à leur arrivée en maternelle… et qui savent lire avant leur entrée en CP.

      L’arrêt de son expérimentation est un gâchis terrible à mes yeux 🙁

      A bientôt sur Parents du 21ème siècle,
      Magali.

  2. une simple remarque : la réussite ne se trouve-t-elle que dans l’obtention du baccalauréat ? NON la réussite c’est de trouver sa place dans la société et d’y exercer une fonction épanouissante ; on peut avoir un simple CAP de coiffure mais être pleinement heureux d’avoir pu choisir le métier de ses rêves
    être polytechnicien mais être perpétuellement stressé , etc, etc…

    • Bonjour,

      Merci pour votre message !

      La qualité de la pédagogie Montessori en termes d’épanouissement et de bien-être de l’enfant fait aujourd’hui quasiment consensus 🙂 Le point de départ de mon article était donc la remarque d’une amie, qui faisait écho à ce qu’avaient déjà pu me dire beaucoup d’autres parents : d’accord pour faire grandir des enfants heureux, mais quid de leur intégration sociale ? Seront-ils capables d’acquérir les diplômes nécessaires pour accéder au métier de leurs rêves ?

      J’ai donc choisi à dessein dans cet article de rappeler que c’est d’abord pour les résultats scolaires exceptionnels de sa Maison des Enfants que Maria Montessori s’est fait connaître. Et c’est en regardant de plus près que les observateurs se sont rendus compte des bénéfices qu’apportait AUSSI cette approche en termes d’autonomie et d’épanouissement de l’enfant. Bonheur de l’enfant et réussite selon les critères du système scolaire classique ne sont donc pas incompatibles 😉

      A bientôt sur Parents du 21ème siècle,
      Magali.

      • une enfant heureux dans un environnement bienveillant a envie d’apprendre…bien sûr il faut commencer dès le plus jeune âge !
        la formation d’un être humain ne se fait pas en quelques jours ou une année ;
        c’est donc un parcours de toute la scolarité ; par mon expérience je n’ai pas eu d’enfant en echec à l’entrée en 6ème ; tous n’étaient pas 1er de la classe mais tous avaient des compétences et le collège +lycée doivent aussi accomplir leur travail. Mettre un enfant en échec scolaire en maternelle ou début primaire ne donnera pas forcément ces mêmes résultats même avec Montessori

    • Bonjour Anne-Marie,

      Merci pour votre commentaire ! En effet, je suis les travaux de Céline Alvarez depuis un long moment déjà, et suis enthousiasmée de voir des milliers d’enseignants adhérer à sa démarche. J’aimerais beaucoup dans les prochains mois publier sur Parents du 21ème siècle le témoignage d’un ou plusieurs enseignants qui ont fait évoluer leur pédagogie dans ce sens 😉

      A bientôt sur Parents du 21ème siècle,
      Magali.

        • Bonsoir Agnès,

          C’est une excellente question !

          À ma connaissance, il n’existe pas d’annuaire exhaustif et à jour des écoles Montessori, ni des écoles alternatives en France.

          Et surtout, c’est la difficulté à laquelle je me suis heurtée en revenant vivre à Paris, il n’existe aucune évaluation publique de la qualité de ces écoles : “il faut connaître”. Or, le plus souvent, quand on est parent, on ne connaît pas 🙁

          En l’état, il faut donc se livrer à un minutieux travail d’analyse, préparer les entretiens avec la direction et les éducateurs, chercher des avis dans son entourage… avant d’inscrire son enfant dans une école Montessori.

          A bientôt sur Parents du 21ème siècle,
          Magali.

          • Bonjour Bathany,

            Merci pour le partage et bravo pour le site de votre école Secrets d’Enfance !

            L’Association Montessori France propose effectivement un annuaire des écoles Montessori en France.

            Deux précisions à propos de cet annuaire :

            – Y figurent uniquement les écoles accréditées par l’AMF

            Nombre d’écoles Montessori ne sont pas accréditées par l’AMF. Si l’accréditation est un gage de sérieux, il y a bien sûr des écoles non accréditées qui font un excellent travail auprès des enfants.

            – Toutes les écoles accréditées par l’AMF ne figurent pas dans l’annuaire

            Autrement dit il n’est malheureusement pas totalement à jour… actualisation qui rendrait un réel service aux parents pour s’y retrouver dans l’univers Montessori 🙂

            A bientôt sur Parents du 21ème siècle,
            Magali.

  3. Bonjour mon enfant est en échec scolaire, j’ai très envie moi aussi de changer de système et qui puisse suivre l’école avec la méthode Montessori. Seulement voilà me mère prof de langue au Bac suisse m’a raconté à mainte reprise l’énorme retard qu’avait les étudiants qui arrivaient dans l’école après avoir faire Montessori. Hélas j’ai eu le même son de cloche de beaucoup de prof. Je suis partagée !!

    • Bonjour Mimi,

      Merci pour votre partage d’expérience !

      En effet, la pédagogie Montessori n’est pas une garantie en soi de résultats scolaires brillants : il y a probablement de bonnes et de moins bonnes écoles Montessori. L’expérience que j’ai pu avoir à l’étranger, c’est que les écoles Montessori sont en général perçues comme d’excellentes écoles, offrant les meilleures chances de réussite scolaire. Pour une raison que j’ignore, les échos que j’ai pu entendre en France sont nettement plus mitigés.

      Maintenant, il est aussi important de considérer que la réussite d’un enfant ne se mesure pas uniquement à ses notes dans le système scolaire traditionnel. Maria Montessori insistait beaucoup sur le développement social et éthique de l’enfant, des qualités qui deviennent des critères clés de succès aujourd’hui 😉

      A bientôt sur Parents du 21ème siècle,
      Magali.

  4. Bonjour Magali,

    Je recherche des études statistiques sur les orientations et résultats scolaires d’enfants passés par des établissements Montessori ou Steiner ou autres.
    Les études peuvent porter sur tous les niveaux, peu importe. Il peut s’agit des résultats au bac ou au brevet ou toute autre étude.

    Auriez-vous des rapports / données / études à me partager?

    Merci c’avance
    Corentin

    • Bonjour Corentin,

      Très bonne question ! Je n’ai rien trouvé en français, aucune étude scientifiquement validée. Si vous en trouvez, je suis preneur 🙂

      En anglais, il y a plus de choses, notamment une étude longitudinale sérieuse réalisée dans le Milwaukee et devenue célèbre. Dans cette étude, les enfants inscrits dans l’école Montessori ont été tirés au sort, afin d’avoir une population comparable à celle des écoles du quartier. Bilan :
      – des résultats académiques supérieurs. Par exemple, à 5 ans, les enfants étaient mieux préparés à lire et à appréhender les concepts mathématiques
      – l’écart le plus important avec les écoles classiques se fait sur le comportement : des fonctions exécutives mieux développées, des personnalités affirmées et créatives, un plus grand esprit de coopération

      Voici les liens :
      https://www.theguardian.com/education/2006/sep/29/schools.uk
      http://www.public-montessori.org/resources/does-it-work-what-research-says-about-montessori-and-student-outcomes

      A bientôt sur Parents du 21ème siècle,
      Magali.

  5. Bonjour,
    Je me renseigne sur les écoles Montessori, je suis vraiment à la recherche d’une école qui pourra aider ma fille. Actuellement en école publique, elle est complètement délaissée suite à son retard d’apprentissage, j’ai tout fait: Orthophoniste,psychomotricien, Pédopsychiatre elle a un manque de confiance en elle et n’arrive pas à se concentrer, ne reste pas sur une activitée plus de 30 min, et cela agace son instituteur qui me fait comprendre qu’il faut que la mette dans une classe CLIS. Elle veut sans cesse apprendre pose des questions pertinentes, mais, elle est bloqué, quand il s’agit de travailler, elle me dit qu’elle ne veut pas se tromper. Je pense que peut-être cette école pourra débloquer et lui montrer tous son potentiel.

    • Bonjour Lafont,

      Merci pour votre message ! Je réalise aujourd’hui que je l’avais laissé sans réponse et je vous prie de m’en excuser.

      S’agissant de votre fille, j’engagerais au préalable un dialogue approfondi avec les équipes d’une école Montessori : pensent-elles être capables d’apporter un bénéfice à votre fille en termes d’apprentissage ? sont-elles prêtes à travailler en lien avec vous, pour assurer la coordination avec les professionnels de santé qui suivent votre fille ?

      Car au-delà de la pédagogie, ce qui compte le plus ce sont les personnes qui la mettent en oeuvre : elles doivent avoir suffisamment d’expérience et de compétence pour pouvoir accompagner votre fille.

      Vous souhaitant que cette année scolaire permette à votre fille de déployer son potentiel,
      Magali

  6. les résultats en maternelle ou les résultats à l’entrée en 6ème ?
    en primaire dans les écoles il y a souvent des enfants qui y arrivent sans avoir fait la maternelle et donc souvent sont en échec scolaire pour différentes raisons. A ce stade Montessori n’a pas d’effet miracle surtout sur les “besoins spécifiques”…qui doivent être pris en charge à l’extérieur (orthophoniste, psys, etc…) voire même certains ont besoin d’une AVS.
    Les résultats sont toujours bons (dans ce que je sais lorsque les enfants en primaire sont avec des éducateurs AMI diplômés).

  7. Une méthode qui marche, pourquoi ne pas s’en servir au lieu d’insinuer qu’il s’agit d’une secte ?
    Difficile de faire bouger les choses qui ne marche pas, malgré la bonne volonté de nos enseignants
    Quand on voit le classement de l’école française au niveau mondial, on peut se remettre en question

    • Bonjour Abourgjall,

      Merci pour votre message ! Sur Parents du 21ème siècle, pas de risque que Montessori soit assimilé à une secte 😉

      Curieusement, alors que Maria Montessori était médecin et a créé sa méthode par une démarche scientifique, il y a très peu d’études scientifiques de grande ampleur pour mesurer les bénéfices de cette pédagogie. C’est bien dommage, car cela permettrait de sortir du terrain idéologique que vous dénoncez pour enfin ouvrir le dialogue : qu’est-ce qui marche et qu’est-ce qui marche moins bien dans la pédagogie Montessori ? comment diffuser ce qui marche bien ?

      A bientôt sur Parents du 21ème siècle,
      Magali

  8. Bonjour et merci pour cet article intéressant !
    Passionnée par les questions d’éducation et diplomée en sciences cognitives, je suis actuellement en train de créer une chaine de podcast croisant les sciences cognitives et les connaissances de terrain en matière d’enseignement et d’éducation ( https://www.facebook.com/PapierCrayonPC/). Pour mon premier épisode, j’aimerais m’intéresser à la question des écoles alternatives en faisant un focus plus particulièrement sur les écoles Montessori. Pour cela je suis à la recherche d’une personne (parent d’élève ou ancien élève) ayant eu une expérience négative d’une école Montessori. Aurais-tu des contacts à me donner par hasard dans tes connaissances ? Ca me serait d’une grande aide 🙂

    • Bonjour Léa,

      Bravo pour ton projet ! Je serai ravie que des lecteurs de Parents du 21ème siècle te contactent et partagent leur expérience avec toi 🙂

      Cela m’intéresse d’en savoir plus sur ta démarche : s’agit-il d’un guide pour aider les parents à bien choisir l’école Montessori de leur enfant ?

      A bientôt,
      Magali

  9. “Montessori ça a l’air vraiment top pour les enfants, pour leur évanouissement. Mieux que la maternelle du quartier.”
    Ah bon ? Qu’est ce qui vous fait dire ça ? A l’école maternelle du quartier les enseignants sont souvent mieux formés (et mieux payés !) que la plupart animateurs Montessori. Ils n’hésitent pas à proposer diverses activités et ont lu différents pédagogues (parce que en effet il n’y a pas que Montessori dans la vie, il faut arrêter de l’idéaliser à ce point, tout ce qu’elle a dit n’est pas parole d’évangile). Ils sont bienveillants et soucieux de faire progresser chaque élève. En plus au lieu de privilégier uniquement le sacro-saint rythme de l’enfant et l’individualisation de l’apprentissage on y apprend des valeurs qui sont pour moi plus importantes : le travail en groupe, le goût du jeu et du travail (d’ailleurs les deux sont liés en maternelle) et surtout la rencontres avec des enfants différents issus notamment d’autres classes sociales. J’ai par exemple un petit roumain dans ma classe heureux de venir chaque jour en classe et tellement désireux de tout apprendre ! Ses camarades sont contents de l’aider à apprendre le français, de jouer avec lui mais cet enfant là vous ne risquez pas de le trouvez en école Montessori, sa famille n’aura jamais les moyens de payer (et peut-être pas l’envie non plus ;))

    • Bonjour Abigaël,

      Merci pour votre message passionné ! C’est toujours un plaisir d’entendre ici la voix d’enseignants, aussi quand elle est dissonante. C’est ce dialogue qui fait la richesse de Parents du 21ème siècle 🙂

      Je me permets toutefois de souligner que les propos qui vous font réagir sont ceux d’une amie, pas les miens : je les rapporte dans cet article, parce qu’ils reflètent une opinion largement répandue parmi les parents. Je comprends que cela soit vécu comme blessant pour des enseignants, qui, comme vous, s’engagent pour faire vivre notre idéal collectif de l’égalité des chances à l’école.

      Sur le fond, je suis convaincue que l’engouement des parents pour Montessori rejoint votre ambition : quand on dit “respect du rythme de l’enfant” et “individualisation des apprentissages”, ce que les parents entendent c’est “mon enfant va être mis en situation d’apprendre et de progresser, en respectant là où il en est aujourd’hui avec ses forces et ses faiblesses”. L’inquiétude des parents face aux taux d’échecs massifs à l’école est légitime. J’imagine que vous non plus ne vous satisfaisez pas de voir autant d’enfants insuffisamment équipés pour réussir et s’épanouir à l’école, quand on sait l’impact que cela aura sur leur capacité à s’intégrer dans la vie adulte.

      Pour ce qui est de l’impact du milieu social, il est décourageant de constater que des enseignants, comme vous et beaucoup d’autres avec vous, mettent tant d’énergie chaque jour pour accueillir tous les enfants… et qu’au final, l’école française est la plus inégalitaire de tous les pays développés. Année après année, l’enquête PISA (entre autres) nous rappelle cette réalité inquiétante 🙁

      Il n’y a pourtant rien d’inéluctable à cela. L’école française a par le passé su être un lieu d’apprentissage et d’opportunités pour beaucoup d’enfants, quelque soit le milieu social de leurs parents. Ma famille en est un exemple parmi beaucoup d’autres. D’autres pays dans le monde, par exemple la Finlande, nous montrent que c’est encore possible. Les parents qui s’intéressent à Montessori participent à ce mouvement pour dire non à la résignation et chercher des solutions 🙂

      A bientôt sur Parents du 21ème siècle,
      Magali

  10. Pour moi le problème est toujours le même, quand tout va bien, quel que soit le système pédagogique utiliser, cela fonctionne. Quand l’enfant à des difficultés d’apprentissage, des difficultés à la maison, des difficultés économiques … cela fonctionne beaucoup moins bien.
    Quelle ironie qu’une pédagogie crée pour aider des enfants handicapés et ensuite des enfants de milieux sociaux défavoriser, soit maintenant réserver à une élite financière.
    Non, Montessori n’est pas la réponse à tous les problèmes de l’éducation nationale.
    Lorsque j’étais plus jeune j’ai expérimenter les écoles alternatives et les écoles classiques et, franchement elles se valent, car CE qui fait la différence c’est les professeurs : le facteur humain, des profs nuls cela existe chez Montessori, Freinet … autant que dans la filière classique.
    Pour faire évoluer l’éducation nationale, il faut revaloriser le métier de prof, mieux les payer et surtout avoir une grande exigence au niveau de leurs compétence humaine et pédagogique. Ce qu’il faut encourager c’est l’empathie des profs, leur joie, leurs enthousiasmes, leurs plaisir à transmettre leur connaissance.

    • Bonjour Alice,

      Merci pour le partage de votre expérience ! Bien d’accord avec vous, la capacité à inclure tous les élèves, même ceux qui ne rentrent pas spontanément “dans le moule”, est la marque d’une excellente école… et d’enseignants exceptionnels 🙂

      A bientôt sur Parents du 21ème siècle,
      Magali

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *