Cette semaine, j’ai quitté la Malaisie pour revenir vivre en France.

Tristesse de quitter l’International School of Kuala Lumpur où j’ai tant appris ces 2 dernières années et dont je vous reparlerai très bientôt.

Joie de retrouver ma famille, mes amis et de reprendre contact avec le monde français de l’éducation.

Le 1er rendez-vous était inscrit depuis longtemps à mon agenda : la sortie du téléfilm « Marion 13 ans pour toujours » inspiré du livre. Un film qui raconte l’histoire de Marion Fraisse, harcelée à l’école, qui a hélas mis fin à ses jours le 13 février 2013. Et le combat de sa maman, Nora Fraisse, d’abord pour faire reconnaître la vérité dans l’histoire de sa fille, puis pour faire disparaître le harcèlement des écoles françaises.

Un film touchant, bouleversant, révoltant avec Julie Gayet dans le rôle de Nora Fraisse. Exceptionnellement, il est disponible en replay pendant 4 semaines. Si vous ne l’avez pas encore vu, je vous invite à cliquer sur la photo ci-dessous pour lancer la vidéo :

marion-13-ans-pour-toujours

Et si vous êtes pris par le temps, voici 3 points clés que j’ai retenus pour vous après avoir visionné le film :

1. Laisser faire le harcèlement scolaire en niant son existence est une belle hypocrisie !

La 1ère partie du film décrit les méthodes de harcèlement dont a tant souffert Marion. Ce qui m’a surprise, c’est de ne pas être surprise : l’essentiel des scènes du film je les ai vécues – le plus souvent en tant que témoin – quand j’étais au collège. Je les ai encore gravées en mémoire.

Les coups, les insultes dans la cour de récré, dans les couloirs, dans les vestiaires. Sans jamais aucune intervention d’un adulte (mais où sont-ils ?). Les insultes qui continuent en cours, le prof qui donne tort à l’enfant harcelé, les papiers qui circulent dans la classe et les mots dans le carnet de correspondance…

Cette scène improbable où 2 garçons se disputent le cœur de Marion en classe et où l’enseignant conclut par un mot dans le carnet de correspondance de Marion « a un comportement léger avec les garçons » alors que la pauvre est bien involontairement coincée dans une situation infernale.

Il y a bien sûr eu en 20 ans quelques innovations, en particulier l’émergence des réseaux sociaux. Mais qui sont plutôt venues aggraver les choses que les faire disparaître !

Vu l’ampleur des chiffres – 10% à 15% d’enfants harcelés soit 3 à 4 dans une classe de 30 – il est peu probable que ces scènes vous soient totalement étrangères, que vous ne les ayez jamais vécues dans votre scolarité.

Faut-il donc que nous adultes, soyons étrangement amnésiques, pour être surpris, choqués, pour dire tomber de la lune lorsque nous apprenons ce qui se passe dans les classes de nos enfants !

 

2. Laisser faire le harcèlement, c’est encourager une logique de souffrance pour 100% des élèves

Harcelement scolaire souffrance
Celui qui souffre n’est pas celui qu’on croit…

Les chiffres les plus couramment avancés du harcèlement font état de 10% à 15% d’enfants « victimes ».

Chez ces enfants, le harcèlement crée des dégâts considérables, à court terme, mais aussi à long terme dans leur vie d’adulte, dont on commence à peine à mesurer l’ampleur.

Mais ça fait encore 85% à 90% d’enfants qui s’en sortent indemnes, non ?

A mon sens, non. Les dégâts du harcèlement vont très au-delà. Pour les mesurer réellement, il faut additionner aux 10% à 15% d’enfants harcelés, les enfants harceleurs et les enfants témoin… soit un total qui doit avoisiner sans trop se tromper les 100%.

Marion 13 ans pour toujours illustre parfaitement cette réalité. Le harcèlement provoque l’irréparable, la mort de Marion. Mais le film décrit aussi la souffrance du harceleur quand il réalise l’ampleur du tort qu’il a causé « Ma fille est mal » dit la maman de Chloé, ex-meilleure amie de Marion qui s’est rangée aux côtés des harceleurs.

Et quand Nora Fraisse va confronter la bande qui a harcelé sa fille, la caméra filme leur tentative manifeste d’évitement. On les croirait blasés, pas atteints ? C’est tout le contraire : l’évitement est une des deux stratégies à disposition de notre cerveau pour nous protéger d’un souvenir traumatique.

On y voit aussi la souffrance du témoin « J’aurais dû faire plus, mais j’avais peur » dit avec désespoir le petit ami de Marion aux enquêteurs, que l’on a vu courageux mais impuissant dans les scènes précédentes.

Et enfin, le film nous montre aussi la souffrance des enseignants et de l’administration : un principal en pleine négation des faits, qui tente de se protéger mais terriblement mal à l’aise ; un prof de sport qui refuse toute discussion avec Nora Fraisse mais dont le regard dit d’infinis regrets ; et d’autres enseignants qui disent tout simplement leur sentiment de culpabilité et leur tristesse.

C’est ainsi que le harcèlement crée un écosystème de souffrance qui touche 100% des enfants. Car il forge une vision du monde avec laquelle grandissent nos enfants : le monde est une jungle où la seule loi qui prévaut est celle du plus fort et de l’arbitraire. Où n’importe quelle toute petite « différence » – couleur de cheveux, taille des seins ou des hanches, zozotement, bonnes notes… – peut donner lieu à exclusion et à un déchaînement de violence. Où même le plus fort d’aujourd’hui n’est pas à l’abri d’être détrôné par encore plus fort demain.

Les seuls à pouvoir intervenir et porter une autre vision du monde sont les adultes. Pourtant, ils n’interviennent pas, cautionnant ainsi auprès des enfants l’idée que cette vision du monde est la seule et unique valable. Que c’est bien la réalité de la vie qui les attend, qu’il n’y a pas d’échappatoire.

Est-ce vraiment le monde que nous voulons pour nos enfants ?

3. Laisser faire le harcèlement, c’est assurer l’échec de nos enfants

Ce qui m’a profondément marquée dans Marion 13 ans pour toujours, c’est que la quasi totalité des acteurs de ce drame à l’école (enfants, adultes) n’ont aucune maîtrise des compétences essentielles à la réussite et à une vie heureuse.

Les 6 attitudes de la réussite ne sont pas en place :

  1. Aimer apprendre : dans la classe de Marion, on voit un dégoût majoritaire de l’apprentissage scolaire. « Madame, à quoi ça sert qu’on apprenne puisqu’on sera tous chômeurs ? »
  2. Pensée créative : on ne la voit nulle part, dans aucune scène du film ! Elle ne semble jamais mobilisée chez les enfants.
  3. Pensée critique : c’est sur son absence que fleurit le harcèlement. Aucun discernement, aucune prise de recul, aucune capacité à démêler l’écheveau d’un conflit pour se rendre compte que les raisons qui ont amené à un moment à se dire « Marion on l’aime pas » sont toutes petites en comparaison de toutes les raisons pour lesquelles on devrait dire « Marion, elle est formidable ».
  4. Coopérer de façon constructive : le harcèlement c’est l’antithèse de la coopération. C’est le royaume de la loi du plus fort, de l’exclusion et de l’acharnement contre un enfant stigmatisé comme différent. Il est frappant de voir dans le téléfilm comme il y a finalement peu de coopération entre les harceleurs eux-mêmes : chacun cherche à briller plus que son voisin, les coopérations sont limitées et provisoires, changent au gré des alliances.
  5. Communiquer efficacement : le harcèlement, c’est la non-communication. C’est un monde où les coups, la violence prennent la place des mots. Pas vraiment l’objectif dans lequel nous envoyons nos enfants à l’école, non ?
  6. Vivre avec éthique (respect de soi, des autres, de son environnement) : là encore, on en est au degré zéro de la maîtrise de compétences essentielles telles que l’empathie, la compassion, l’estime de soi.

Que pouvons-nous faire en tant que parents ?

L’écueil à éviter, c’est de penser que son enfant ne peut pas être touché par le harcèlement scolaire. Ou de se réjouir qu’il ne soit que témoin et pas victime ou bourreau. Le témoin souffre lui aussi.

Ce que chaque parent peut faire pour aider positivement son enfant :

  1. Etre à l’écoute de ce qu’il rapporte de sa journée d’école.
  2. Provoquer des discussions sur le sujet du harcèlement en saisissant les occasions propices, par exemple un fait divers rapporté par les médias, une campagne de communication sur le sujet…
  3. Leur porter une autre vision du monde. Il est important d’avoir en tête que les équipes, les sociétés qui réussissent le mieux (socialement, économiquement…) sont celles qui savent faire marcher la coopération, le respect mutuel.
  4. Cultiver au quotidien les 6 attitudes de la réussite

Vous avez aimé cet article ? Je vous invite maintenant à faire 2 choses :

  1. Laissez un commentaire pour partager votre expérience : que savez-vous de l’ambiance dans la classe de votre enfant ? Avez-vous connaissance de faits de harcèlement ? Comment y réagissez-vous ?
  2. Partagez cet article avec vos amis sur Facebook en cliquant sur le bouton « F » à votre gauche… pour que d’autres parents prennent conscience grâce à Marion 13 ans pour toujours de ce qui se passe dans les cours de récré

Pour aller plus loin, vous pouvez également lire le livre de Nora Fraisse qui a inspiré le téléfilm Marion 13 ans pour toujours :

 

Crédit photo : France 3, Cherries

Recherches utilisées pour trouver cet article : fallait il passer marion pour toujour pour des enfants aux college

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *