Parents autonomie discipline
Laisser de l’autonomie ?

Camille et Olivier, du blog les Super Parents, me font l’amitié de publier cette semaine un de mes articles sur leur blog.

Qu’est-ce qui rend des parents exceptionnels au quotidien ?

Plus de cadeaux ?

Plus d’activités extra-scolaires ?

Pas forcément !

Découvrez dans cet article 10 attitudes – parfois surprenantes – qui font des parents exceptionnels pour leurs enfants :

Les 10 attitudes des parents exceptionnels

Bonne lecture !

Vous êtes-vous reconnu(e)s dans ce portrait ? Combien d’attitudes avez-vous cochées ?

Laissez un commentaire !

 

Crédit photo : Konstantin Yuganov

4 comments on “Les 10 attitudes des parents exceptionnels”

  1. Merci Magali. Je découvre que je suis une maman exceptionnelle 😉 sur ces aspects-là du moins.
    Mais je suis surprise par ces 10 points qui, bien que judicieux et essentiels, et même si ça ne veut pas exhaustif, restent globalement tournés vers le respect de l’enfant dans sa personnalité et son évolution et dans le respect de l’autre à lui inculquer aussi.
    Bien sûr, tout cela est important, mais pour moi, la qualité de la relation parents-enfants et le caractère « exceptionnel » d’un parent ne se mesurent pas seulement à l’éducation morale. Il y a aussi l’éducation psychologique, matérielle et intellectuelle.
    Ce que j’entends par éducation psychologique, c’est le fait d’assurer le bien-être de l’enfant au quotidien. Rendre la vie amusante en chantant, jouant, chahutant avec eux. Les écouter, non pas que quand il y a des problèmes, mais aussi quand ils veulent raconter par le menu un dessin animé, ou le match de foot qu’ils ont joué à la récré (et ça j’ai du mal !! ;-). Inviter les copains à la maison…
    L’éducation matérielle, je ne sais pas si c’est une bonne façon de la qualifier, c’est faire participer les enfants à la vie de famille et leur inculquer une bonne hygiène de vie. C’est vaste. Cela va de l’habitude de faire son lit à mettre la table, en passant par se laver les dents, ranger sa chambre, essuyer la vaisselle, sortir le chien, ne pas se servir dans le frigo entre les repas, rester à table jusqu’à la fin du repas, se coucher tôt, surtout les veilles d’école, limiter l’accès aux écrans en tous genres, manger de tout…
    Ce sont des comportements évidents mais qui passent par l’éducation. Si les parents ne leur inculquent pas ces habitudes, les enfants ne les prendront pas tout seuls.
    Et les tâches ne sont pas forcément ingrates, surtout quand elles deviennent une habitude, un réflexe (nos invités sont toujours étonnés de voir nos enfants filer directement à la salle de bains se laver les dents après un repas. Mais c’est tellement devenu un réflexe, que, pour eux, c’est automatique, ce n’est plus une contrainte).
    Et cela peut être ludique ! Une façon de favoriser la confiance en soi, leur montrer qu’on a confiance en eux, leur apprendre l’autonomie en leur confiant des tâches, tout cela adapté à l’âge bien sûr (choisir ses vêtements tout seul le matin, promener le chien « entre hommes » avec papa, faire soi-même le gâteau pour l’aprem avec les copains, essuyer la vaisselle en chantant à tue-tête…). Tout cela en veillant à gommer les habitudes sexistes de notre société, papa au jardin et maman à la cuisine…
    Enfin l’éducation intellectuelle. Ce n’est évidemment pas apprendre à lire à son enfant à 4 ans, ou le forcer à apprendre le piano ou à faire partie du club d’échecs local. Pour moi l’éducation intellectuelle, c’est lire avec les enfants dès le plus jeune âge, leur donner accès à la culture par des sorties adaptées à leur âge (spectacles, musées, concerts) et répondre à leur curiosité, et l’éveiller aussi (en se documentant si nécessaire, personne n’a la science infuse). Les livres sont pour moi la plus utile, pratique et accessible manière de pourvoir à l’éducation intellectuelle des enfants. Et il n’est même pas besoin de les acheter, les bibliothèques sont là pour ça et c’est encore une belle habitude à leur donner que d’aller flâner dans les rayons d’une bibliothèque en famille et découvrir l’immensité du choix et des genres. Il y a forcément de quoi passionner n’importe quel enfant dans une bibliothèque. L’éducation intellectuelle c’est aussi s’intéresser à ce qu’ils font à l’école et les accompagner pour les devoirs. Même si on ne sait pas ou sait plus tel ou tel règle de grammaire ou théorème de math, il y a toujours moyens de soutenir nos enfants dans leurs apprentissages.
    L’éducation intellectuelle « maison » compte pour beaucoup dans la réussite scolaire. Une maîtresse de petite section de maternelle me disait qu’elle pouvait distinguer lesquels de ses élèves avaient accès à des livres à la maison et lesquels non !!! cqfd !
    Pour finir je rejoins la 11e attitude sur la remise en question. Se remettre en question, s’interroger sur notre façon de faire est le premier pas vers une bonne façon de faire en fonction de qui nous sommes, père + mère + chaque enfant individuellement. « Une bonne façon » et non pas « la bonne façon », parce que nous sommes tous différents.
    Il n’y a pas de recette unique pour éduquer ses enfants, sinon ça se saurait, et ça ne serait pas drôle !!

    Sophie

    • Bonjour Sophie,

      Merci pour ce commentaire riche et passionnant !

      J’aime bien cette vue du rôle des parents en éducation psychologique / matérielle / intellectuelle. Cela reprend à mon sens sous un autre angle les 10 attitudes identifiées par Michael Grose :
      – par exemple, l’éducation matérielle, qui inclut faire participer à la vie de famille et inculquer une bonne hygiène de vie, correspond dans ma compréhension à l’attitude n°7 « Ils apprennent la discipline à leurs enfants ». Cette attitude recouvre de façon globale l’apprentissage de règles de vie à la maison et en société, ainsi que de bonnes habitudes telles que l’hygiène de base ou une alimentation saine.

      Votre message respire un grand amour de la culture et des livres en particulier qui fait plaisir à lire ! J’apporterais une nuance sur l’éducation intellectuelle : difficile par exemple pour un parent analphabète de transmettre une passion vécue pour les livres.
      Cela ne me paraît pas poser de problème particulier pour la réussite de l’enfant. Car, quelque soit son bagage intellectuel, chaque parent fait un merveilleux cadeau pour la réussite et l’épanouissement de son enfant :
      – lorsqu’il écoute ses questions. Nul nécessité d’avoir la réponse pour écouter et s’interroger à voix haute avec son enfant ! Ecouter, encourager les questions sont une excellente façon de maintenir en éveil la curiosité de l’enfant. Curiosité qui est le meilleur moteur de l’envie d’apprendre.
      – lorsqu’il lui transmet son savoir, son savoir-faire et ses passions, qu’ils soient intellectuels, manuels ou en lien avec la nature. J’ai plus appris sur l’importance de protéger notre planète en regardant mon père entretenir ses arbres fruitiers dans le jardin que dans tous mes cours de SVT au collège et au lycée 😉

      A bientôt sur Parents du 21ème siècle,
      Magali.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *