Baccalaureat stress parents
Une vision qui fait grimper votre niveau de stress ?

A quelques semaines des épreuves du bac et du brevet – qui doivent commencer à faire monter le niveau de stress à la maison ?!! – je vous fais partager une histoire 100% personnelle.

Une histoire qui met en évidence que l’attitude de mes parents a compté pour beaucoup dans ma réussite au bac, et plus tard aux concours en fin de prépa.

Et que vous pouvez jouer le même rôle bénéfique pour vos enfants, à mesure que les dates fatidiques du bac et du brevet approchent 🙂 

Points clés développés dans cet article

Parmi les 6 attitudes de la réussite
Autres attitudes pour s’épanouir et réussir
Difficultés du quotidien

Printemps 1997

Ouh là là, dans quelques mois, je passe le 1er vrai examen important à mes yeux : le bac de français !

Pas de chance pour moi, j’ai cette année une prof de français, qui a beaucoup de qualités mais pas celle de vouloir nous préparer à cet examen. Or à mes yeux – à tort ou à raison – le bac de français c’est la 1ère étape vers la liberté, le 1er sésame pour quitter enfin cette école de l’ennui

Mon indignation devant cette légèreté dans la préparation est à la hauteur de l’enjeu que j’y place !

Alors je décide de le préparer toute seule, cet examen. En lisant TOUS les ouvrages du programme, en préparant des fiches, en imaginant les questions d’un examinateur à l’oral. Jusqu’ici, j’ai toujours fait mes devoirs a minima – voire même un peu moins que le minimum – mais cette fois-ci je m’y mets vraiment.

Pour préparer l’oral, je vais recevoir un super coup de pouce de ma maman : c’est la 1ère fois dans ma scolarité que je lui demande de l’aide, et elle répond présent ! Et elle est un examinateur redoutable 😉

Mais il y a un hic dans tout ça : pas de bol encore une fois, cette année au programme, il y a André Malraux. Hommage de la nation pour les 40 ans de sa mort. Hommage justifié à un grand écrivain, lauréat du Prix Goncourt.

Mais quelle galère pour des lycéens, adolescents d’un pays en paix !

Comment comprendre la profondeur et l’intensité de vie narrées dans La Condition Humaine ? Dans l’Espoir ? Les soubresauts révolutionnaires de la Chine et de l’Espagne des années 30, l’engagement anticolonialiste et antifasciste d’un homme, dans une époque qui paraît si lointaine des paisibles années 90 en France ?

Pourtant, malgré tout ce que je n’y comprends pas, il y a quelque chose qui m’attire dans ces livres. Une façon de vivre mystérieuse et riche.

Et puis, certainement aussi, il y a le challenge de la complexité : essayer de comprendre quelque chose là-dedans, faire face à la difficulté, commencer à s’approprier ce sujet. Pour compenser la difficulté de ces ouvrages, je travaille 2 fois plus sur ceux-là que sur les autres.

Ma maman, qui suit mes progrès, a bien dû sentir mon attirance pour cette mission impossible 🙂

Arrive le jour de l’écrit…

Ma maman m’accompagne jusqu’au lycée, visiblement détendue et encourageante « Tout va bien se passer, tu as bien travaillé ».

Mais à l’intérieur, elle n’a absolument pas la tranquillité qu’elle affiche à l’extérieur. En venant me reprendre le midi, elle m’avouera qu’elle a vomi de stress en arrivant au bureau le matin. Qu’elle ne s’est jamais sentie aussi mal, même quand c’était elle qui passait des examens.

Et qu’elle s’est mordu les lèvres pour se retenir de me dire « surtout, s’il y a un sujet sur Malraux, ne le prends pas ».

Et elle a bien fait de me dire seulement « Tout va bien se passer ».

Il y a eu un sujet sur Malraux.

Bien sûr je l’ai choisi.

Et cela m’a valu un inespéré 19/20 à l’écrit. La 1ère marche de mon chemin vers la liberté était franchie : complété par un 20/20 à l’oral – merci maman d’avoir joué les examinateurs sans pitié, les questions du prof étaient faciles à côté des tiennes ! – toutes les portes des classes préparatoires dont je rêvais se sont ouvertes à moi l’année suivante.

Que retenir de cette histoire ?

C’est cette attitude de ma maman que je voudrais vous transmettre aujourd’hui, avant les examens que vos enfants vont passer : vous allez certainement être stressés voire très stressés. Gardez tout cela à l’intérieur !

Ou parlez-en à vos copines, à votre conjoint, à toute personne adulte qui pourrait vous écouter pour décompresser.

Pour vos enfants, affichez seulement la confiance que vous avez en eux… avec votre soutien sans réserve, ils feront des miracles !

Comment ça se passe chez vous ?

Dans quelle ambiance les examens de fin d’année de vos enfants se préparent-ils ?

Quels sont vos trucs et astuces pour faire face au stress qui monte chez vous ?

Partagez votre expérience dans les commentaires ! 

 

Crédit photo : Drivepix

2 comments on “Le bac sans stress… côté parents !”

  1. Quelle chance tu as eu Magali et quels résultats époustouflants !
    Je me rappelle que la nuit précédent mon bac, mes parents n’ont pas fermé l’oeil et que moi j’ai très bien dormi.
    Comme l’oral avait lieu en fin de matinée, j’avais regardé un film avec mes parents la veille pour me détendre.
    Pour le petit clin d’oeil, j’ai aussi étudié La Condition humaine en classe de première, mais j’ai choisi un poème de René Char à l’écrit, commentaire composé … je n’aurai pas dû 😉

    • Bonjour Carole,

      Ca alors, toi aussi tu es passée par les affres de la Condition humaine !!!

      Manifestement, la technique anti-stress du film du soir a très bien marché pour toi… moins bien pour tes parents 😉

      A bientôt sur Parents du 21ème siècle,
      Magali.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *