Je vous propose aujourd’hui une discussion autour des interventions proposées aux parents et aux enseignants par l’Association Discipline Positive France pour apprendre à pratiquer cette approche à la maison ou à l’école.

Il s’agit de la 3ème d’une série de 4 interviews réalisées avec Béatrice Sabaté, Présidente de l’Association Discipline Positive France.

Pourquoi lire cette interview :

L’Association Discipline Positive France est une jeune et dynamique association créée il y a presque 4 ans. Elle diffuse l’approche résolument optimiste et efficace de la Discipline Positive dans toutes sortes de contextes et les formateurs indépendants qui la constituent proposent des interventions directes dans les écoles et auprès des parents.

Et si vous y trouviez des réponses aux comportements de vos enfants qui vous posent le plus problème ?

Si vous ne deviez retenir qu’une idée :

La traduction et l’adaptation par Béatrice Sabaté de 2 livres de Jane Nelsen – La Discipline Positive et La Discipline Positive pour les adolescents – a rendu cette approche éducative accessible aux parents francophones. Pour aller plus loin, et passer réellement de la théorie à la pratique, les membres de l’Association Discipline Positive France proposent des ateliers aux parents : pendant 7 semaines, ils sont guidés pour s’approprier une nouvelle posture et de nouveaux outils dans la relation à leurs enfants.

Entretien avec Béatrice Sabaté

Magali : Vous avez créé l’Association Discipline Positive France il y a 4 ans, à votre retour des Etats-Unis. Comment cela s’est-il passé ? 

Béatrice Sabaté portrait
Béatrice Sabaté, Présidente de l’Association Discipline Positive France

Béatrice Sabaté : A l’époque, j’étais formatrice certifiée en Discipline Positive et j’ai eu envie de développer l’approche en France.

J’ai commencé avec les gens qui étaient autour de moi, ce qui fait que le 1er groupe de formateurs est assez international.

Et puis aujourd’hui nous sommes 70 formateurs, de formation et d’origine diverses. C’est une association qui a pris son essor !

Magali : La Discipline Positive est une approche créée aux Etats-Unis par Jane Nelsen et Lynn Lott. Comment avez-vous choisi de la rendre accessible aux parents francophones ?

Béatrice Sabaté : J’ai traduit et adapté 2 livres de Jane Nelsen : La Discipline Positive et La Discipline Positive pour les adolescents.

Au début, j’ai craint pour les parents français que le 2ème livre sur les adolescents soit une redite du 1er. Mais pas du tout ! Le deuxième ouvrage est très centré sur la qualité du lien et sur la posture de co-pilote qui devrait être celle d’un parent encourageant. Le travail d’adaptation s’est fait dans le respect de notre réalité française, parfois différente de celle des Etats-Unis.

Par exemple, la problématique de l’alcool n’est pas traitée du tout de la même façon aux Etats-Unis. Donc forcément, il fallait adapter les exemples à notre fonctionnement culturel français.

Et surtout, le livre sur les ados traite d’une question majeure pour les parents : c’est l’heure où les enfants prennent leur envol, où ils sont à la découverte de leur identité, où ils s’éloignent des valeurs parentales pour, espérons, mieux se les approprier. Comment rester en lien avec un enfant qui s’en va ?

Adler disait : on est fait pour se construire dans et par le lien à l’autre. S’il manque la connexion à l’autre, des études déjà anciennes montrent que le nouveau né déprime et pourrait aller jusqu’à se laisser mourir. C’est vraiment un besoin essentiel. Ce livre, de façon très pratique, nous recentre sur l’essentiel.

Magali : C’est paradoxal ! Ce qu’on entend d’habitude sur les ados, c’est qu’il faut les laisser tranquilles, ne pas trop aller les chercher ?

Béatrice Sabaté : Trouver la juste distance c’est créer un autre lien. Jane Nelsen et Lynn Lott prennent l’analogie du pilote d’avion : c’est comment être copilote et non pas pilote. Quand les enfants sont petits, forcément on est en pilotage très rapproché. Quand ils grandissent, nous restons à côté, mais ce sont nos enfants qui prennent les commandes.

Magali : Les formateurs indépendants de l’Association Discipline Positive France proposent également des ateliers pour les parents ?

Béatrice Sabaté : Oui, ce sont des ateliers de 2h par semaine pendant 7 semaines. Les ateliers permettent d’aller au-delà du livre : ils guident les parents vers une démarche de coopération et ce par l’expérience.

Dans les ateliers, il y a un travail important de mise en capacité du parent, pour qu’il puisse vivre les outils. Une fois qu’ils les ont vécus, les parents sont capables de faire le tri et de choisir ce qui va fonctionner le mieux pour eux.

Nous avons choisi de faire les ateliers sur 7 semaines, car ce n’est pas facile de faire évoluer son approche, d’introduire de nouveaux outils dans sa relation avec nos enfants. Ca nous pousse en dehors de notre zone de compétence, de ce que l’on connaît, de ce que l’on a reçu et qui nous est naturel ! Pendant ces 7 semaines, les parents ont une structure, sont guidés, partagent avec les autres parents sur leur pratique et peuvent alors enrichir leur approche éducative.

Magali : Dans les ateliers, il y a beaucoup de mises en situation, d’exercices pratiques… qui expliquent mieux qu’un long discours ?

Discipline Positive JT France 2
Vidéo : les ateliers Discipline Positive au JT de France 2

Béatrice Sabaté : Bien sûr ! Si je vous fais un long discours sur la Discipline Positive, c’est comme un livre de plus sur les étagères. On accède à une compréhension qui reste intellectuelle.

« Faire l’expérience de » permet au savoir et à l’expertise d’émerger de l’intérieur. Ce n’est pas le formateur qui vous explique comment cela fonctionne, c’est vous à partir de ce que vous ressentez qui allez vous approprier l’outil.

Et c’est incroyable ce que le groupe de parents d’un atelier génère comme intelligence collective et comme bon sens ! C’est le principe de la co-construction.

Magali : L’Association Discipline France s’adresse-t-elle également aux enseignants ?

Béatrice Sabaté : Pour les enseignants, l’Association Discipline Positive France a fait un gros travail sur les 2 manuels pratiques qu’ils utilisent au quotidien, les activités à mener avec les élèves et puis la mise en place de l’approche globale de la Discipline Positive dans leur établissement.

Jane Nelsen a écrit un livre sur la Discipline Positive à l’école (Positive Discipline in the classroom), qui sera complémentaire de ces 2 manuels. Il sera traduit et adapté un peu plus tard.

Magali : L’Association Discipline Positive France propose également des interventions directes dans les écoles ?

Béatrice Sabaté : Oui, pour ma part depuis 2012, j’ai accompagné de nombreuses écoles dans la mise en place d’une démarche de Discipline Positive, probablement une bonne cinquantaine : écoles, collèges, lycées, post bac. De plus, si on prend en compte tous les enseignants qui se forment de façon individuelle dans nos formations, et qui ramènent la Discipline dans leur établissement, ce sont des milliers d’écoliers qui bénéficient de cette pédagogie de la coopération.

Aujourd’hui, je suis régulièrement appelée dans des collèges en difficulté. Pourquoi ? Parce que la société change et que le rapport à l’autorité évolue vers davantage d’horizontalité sans que les intéressés n’aient forcement les clés de ce qui construit une coopération respectueuse. De plus, l’adolescence dans son élan d’individuation est un moment où on rentre facilement en résistance. Les adultes peuvent se trouver démunis, désarmés. Vouloir maintenir un rapport de soumission est source de rébellion, de retrait, de sentiment d’injustice.

La Discipline Positive est très contemporaine dans ce qu’elle propose, ce qui explique aussi l’accueil très positif qui lui est souvent réservé.

Enfin, le travail dans les écoles commence souvent par un travail avec l’équipe éducative. Un enseignant qui a des clés pour entrainer les élèves dans une coopération respectueuse, qui se sent encouragé en équipe peut transmettre son savoir à ses élèves de façon plus encourageante.

Pour aller plus loin

Consultez les deux livres de Jane Nelsen vendus à plusieurs millions d’exemplaires dans le monde, traduits et adaptés en français, par Béatrice Sabaté. 

Pour en savoir plus, cliquez sur l’image : 

La Discipline Positive, Jane Nelsen
La Discipline Positive pour les adolescents, Jane Nelsen

 

 

5 comments on “Interview Béatrice Sabaté (3/4) : en tant que parent, comment pratiquer la Discipline Positive à la maison ?”

    • Bonjour Audeline,

      Contente de te l’avoir fait découvrir ! J’avais suivi un atelier pour parents Discipline Positive à Paris, super expérience… je la partagerai dans un prochain article 😉

      A bientôt,
      Magali.

  1. Merci pour cette série d’interviews très instructive.

    La discipline positive a vraiment une approche très intéressante en cassant la verticalité de la relation parent/enfant pour la rendre plus horizontale et égalitaire.
    Je trouve qu’au quotidien ce n’est vraiment pas évident surtout lorsque l’on n’a pas reçu ce genre d’éducation et personnellement je suis parfois tenté de vouloir imposer ma volonté.
    Mais lire des articles comme celui-ci permettent de mieux se recentrer sur l’intérêt de l’enfant et le bénéfice que cela apporte à la relation parent / enfant

    • Bonjour Antoine,

      Bien d’accord avec toi, c’est un changement pas évident à opérer, surtout dans les moments où on est fatigués ou énervés 🙂

      Avant de suivre un atelier Discipline Positive, j’avais lu tous les livres d’Isabelle Filliozat sur l’enfant, qui sont très convaincants et présentent bien les bénéfices de la démarche. Ce que j’ai apprécié en plus dans la Discipline Positive, c’est que le livre comme les ateliers sont bourrés d’outils pratiques qui aident à passer du « ok, j’ai compris et je suis d’accord sur le principe » à « je sais comment faire au quotidien ». Ca donne vraiment confiance !

      A bientôt,
      Magali.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *