Je vous propose aujourd’hui une rencontre avec Angéline Luc, sophrologue, pour découvrir cette thérapie brève et comment elle peut aider enfants et parents à déstresser. 

Pourquoi lire cette interview :

Angéline Luc est sophrologue, certifiée RNCP, créatrice de Mon Paris Zen. Dans cette interview, elle nous fait découvrir son métier : qu’est-ce que la sophrologie ? en quoi peut-elle aider enfants et parents à déstresser ? en pratique, comment choisir son praticien ?

Si vous ne deviez retenir qu’une idée :

Pour que l’accompagnement en sophrologie soit efficace, il est essentiel que votre enfant se sente bien avec le praticien que vous aurez choisi. Le bouche à oreille, les diplômes, le 1er contact avec le sophrologue sont autant de critères pertinents pour vous aider à faire le bon choix. 

Entretien avec Angéline Luc

Angeline Luc sophrologie Mon Paris Zen
Angeline Luc, sophrologue RNCP, Mon Paris Zen

Magali : Etude après étude, les élèves français apparaissent comme les plus stressés au monde. A un tel point que cela limite leurs capacités d’apprentissage à l’école.

En quoi la sophrologie peut-elle les aider à retrouver plus de confiance en eux ? 

Angéline Luc : La sophrologie offre des solutions pertinentes pour la réussite scolaire des enfants et des adolescents.

Un enfant fatigué et stressé a besoin comme tout adulte de temps de pause pour se retrouver, souffler et recharger ses batteries.

Le cabinet de sophrologie est un espace de calme et de sécurité dans lequel l’enfant – qui ne se sent pas toujours écouté, reconnu et considéré – peut s’exprimer en toute liberté et évacuer ses émotions en toute confiance.

C’est une bulle dans laquelle il s’autorise à parler, crier, pleurer, rêver, créer, voyager sans craindre d’être jugé, censuré ou puni. Il apprend à travers le jeu et la détente à éliminer le stress, s’apaiser, stabiliser son humeur, développer ses capacités de concentration, d’apprentissage et de mémorisation, favorisant ainsi sa réussite scolaire.

La sophrologie est aussi là pour accompagner et apaiser les parents. Les parents surmenés et dépassés par leurs émotions apprennent à évacuer leurs tensions, gérer le stress, se calmer, mieux dormir, prendre du recul, se recentrer, s’affirmer sereinement ; globalement, mieux gérer leur quotidien de parent et d’adulte.

Magali : Concrètement, qu’est-ce que la sophrologie ? Quels sont les outils utilisés ?

Angéline Luc : La sophrologie est un outil de thérapie, de prévention santé et de développement personnel visant au mieux-être de la personne, la stimulation de ses capacités et l’activation de son potentiel.

Cette méthode psycho-corporelle créée en 1960 par un médecin neuropsychiatre est au croisement de techniques occidentales comme l’hypnose, la psychiatrie, la relaxation et d’approches orientales telles que le yoga, la méditation et le zen.

Elle vous aide à appréhender plus sereinement les défis du quotidien en retrouvant un bon équilibre général entre vos émotions, vos pensées et vos comportements.

La sophrologie utilise 3 moyens simples : des exercices de respiration, le relâchement musculaire et la visualisation mentale d’images positives. Elle est accessible à tous et s’adapte à tout public. Pour les petits, seront privilégiés les exercices ludiques, dessins, contes, métaphores et jeux.

Ces techniques sont douces, reproductibles partout et vous amènent à une rapide autonomie.

Magali : Comment devient-on sophrologue ? Faut-il un diplôme pour exercer ? Y a-t-il des diplômes plus gage de sérieux que d’autres ?

Sophrologie bulle calme destresser
Savoir créer une bulle de calme pour parents et enfants…

Angéline Luc : On devient sophrologue après avoir suivi un cursus de formation auprès de l’une des écoles de sophrologie.

En France, la profession n’est pas réglementée ; la loi n’impose pas de diplôme ou de formation pour exercer en tant que sophrologue.

Certaines écoles délivrent le titre RNCP. Ce « Répertoire National de la Certification Professionnelle » est édité par la Commission Nationale de la Certification Professionnelle, organisme sous la tutelle du Ministère du Travail.

Le titre de Sophrologue RNCP n’est pas une obligation, c’est pour vous une garantie que le praticien a suivi un enseignement pédagogique de qualité qui lui confère un niveau de qualification reconnu par l’État. Parmi les écoles délivrant ce titre figurent, à titre d’exemple, l’Institut de Formation à la Sophrologie et l’Académie de Sophrologie de Paris.

Magali : Si j’ai envie d’essayer la sophrologie, comment choisir mon praticien ? Comment le choisir pour mon enfant ? 

Angéline Luc : Pour trouver le bon praticien, privilégiez les recommandations. Demandez conseil autour de vous : proches, médecins, autres professionnels de santé, pharmacies…

Vous pouvez également consulter les annuaires des regroupements professionnels de la sophrologie comme celui de la Chambre Syndicale de la sophrologie qui vous assurent la qualité de la formation suivie par le praticien.

Vérifiez que le sophrologue adhère à un regroupement professionnel et s’engage à respecter le code de déontologie de la profession.

Vous pouvez également sélectionner un praticien qui a obtenu le titre RNCP pour vous rassurer sur ses compétences techniques mais restez conscient du fait que la validation technique ne garantit pas les qualités humaines indispensables à l’établissement de l’alliance thérapeutique. A noter que, le titre RNCP étant récent, beaucoup de sophrologues en exercice n’ont pas encore passé la certification.

Vous pouvez également trouver votre sophrologue sur Internet, certains ont des sites/blogs illustrant leur pratique, mais une fois encore, attention, une personne qui sait faire de la publicité et du marketing n’est pas nécessairement un bon praticien de santé.

En résumé, vous pourrez choisir votre sophrologue selon des critères factuels rassurants comme la qualité de sa formation, son appartenance à un regroupement professionnel, sa présence dans les annuaires professionnels, éventuellement son site internet, sa photo…

Pour autant, le sophrologue avec qui vous effectuerez un travail de qualité sera celui avec lequel vous vous sentirez complètement à l’aise. N’hésitez surtout pas à changer de praticien si le courant ne passe pas lors du premier rendez-vous.

Le choix est encore plus évident pour les enfants. Le bon sophrologue sera celui qui réussira à établir une relation de confiance avec l’enfant dans les premières minutes de la rencontre. Si ce lien n’est pas créé, le travail ne sera pas efficace.

En effet, l’enfant doit avoir envie de s’impliquer car le praticien ne peut rien lui faire faire contre sa volonté. L’enfant est acteur de son évolution, il est responsabilisé et doit se prêter au jeu. Or la démarche de venir en consultation vient généralement des parents. L’enfant n’a pas toujours conscience de la gêne que ces derniers perçoivent. Il peut rechigner à venir en séance et appréhender ce moment qui devient un facteur de stress supplémentaire.

C’est donc au thérapeute d’instaurer un climat de confiance avec l’enfant, en se montrant créatif et spontané, à l’écoute, en s’adaptant à lui. L’enfant doit comprendre que le sophrologue n’est ni son médecin ni son maître d’école, il est là pour l’aider à grandir et à s’épanouir.

Magali : Voilà, j’ai pris rendez-vous ! Comment va se dérouler la première séance ? Y a-t-il ensuite un suivi ?

Sophrologie rire joie destresser
Quel tarif pour aider mon enfant à destresser ?

Angéline Luc : N’hésitez pas à poser ces questions au moment de la prise de rendez-vous car chaque thérapeute a sa manière de pratiquer qui lui est propre.

En général, la première séance a pour but de faire le point sur votre situation, vos problématiques et besoins et à définir l’objectif de l’accompagnement.

Pour ma part, je réserve toujours un temps de pratique suite au temps d’échange.

La présence d’un parent à la première séance est bien évidemment requise quand l’enfant est petit, l’idéal étant, quand l’enfant se sent prêt, de le laisser travailler seul avec le sophrologue afin qu’il ne soit pas influencé par le regard du parent qui l’accompagne.

La sophrologie entrant dans le cadre des thérapies brèves, un accompagnement sur objectif se déroule en moyenne sur 6 à 10 séances, au rythme d’une séance par semaine idéalement. Au terme de ces 2-3 mois de suivi, vous êtes complètement autonomes. Chez les enfants, ça peut aller encore plus vite.

La séance pour un adulte dure en moyenne une heure ; plus l’enfant est jeune, plus la séance est courte.

Entre les séances, un entraînement à la maison est nécessaire. Il est souvent demandé au parent de s’impliquer dans la démarche en faisant les exercices avec l’enfant, leur permettant en outre de partager un temps d’apaisement privilégié ensemble.

Magali : Je n’ai pas osé demander les tarifs au téléphone. A quoi m’attendre ?

Angéline Luc : La question du tarif est tout à fait naturelle, donc osez demander avant de venir au rendez-vous, n’attendez pas la surprise !

La fourchette des tarifs est très large, entre 30 et 70 euros la séance. En région parisienne, elle oscille plutôt entre 50 et 70 euros.

Certains sophrologues proposent des tarifs plus bas pour les enfants en considérant que le temps de consultation est plus court alors que d’autres proposent un tarif unique enfant/adulte en prenant en compte l’attention et la vigilance plus accrue exigées avec les enfants ainsi que le travail de feedback auprès des parents.

Là encore, le tarif ne reflète pas la qualité de l’accompagnement.

Comment ça se passe chez vous ?

Avez-vous déjà tenté la sophrologie pour vous ou pour votre enfant ?

Quelle a été votre expérience ?

Partagez-la dans les commentaires ! 

 

Crédit photo : Voyagerixangiolina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *