Communiquer efficacement est une des 6 attitudes clé de la réussite. Et c’est peut-être celle qui est la moins travaillée à l’école, où les enfants apprennent à écouter des cours magistraux pendant des heures – ou du moins à faire semblant d’écouter ! – avec peu d’opportunités de s’exprimer, d’écouter les idées de leurs camarades…

Puisque cette attitude n’est pas cultivée à l’école, je serais tentée de vous encourager à compenser à la maison.

Euh oui, mais comment ? Et surtout quand ? Comment faire quand on n’a pas le temps ?

Ce sont des questions importantes : pour que nos enfants apprennent à communiquer efficacement, la méthode la plus simple est d’être des modèles pour eux. Ce serait facile… si… si on nous avait appris comment faire… si en rentrant le soir à la maison, nous étions 100% en forme et disponibles pour nos enfants. Mais pour la vaste majorité d’entre nous – à commencer par moi 😉 – ce n’est pas le cas.

Pour nous aider à sortir du paradoxe – je dois transmettre à mon enfant une compétence que je ne maîtrise pas parfaitement –  j’ai invité mon amie Catherine Allibert à nous apporter son éclairage. Catherine est auteur pour enfants – autant dire que la communication c’est son sujet ! – et formée en pédagogie positive. Elle est récemment rentrée en France après quelques années à l’étranger : vivre et s’exprimer dans une langue étrangère, une belle expérience de communication ! 


Comme vous avez pu le lire dans le guide de Parents du 21ème siècle, « communiquer efficacement » est une attitude clé pour la réussite et l’épanouissement de votre enfant. Vaste sujet qui renvoie à une question basique : « comment faire dans la pratique, au jour le jour, dans notre vie de parents débordés ? » Je suis Catherine Allibert et j’accompagne les enfants vivant à l’étranger pour les aider à maintenir, à l’écrit, la langue française. Inspirée par la pédagogie positive, la bienveillance parentale et l’écriture créative, je veux vous parler aujourd’hui des bienfaits de l’attention. Car oui, c’est en donnant une attention authentique à son enfant que nous arrivons à mieux communiquer avec lui.

Cuisiner et faire les devoirs
Cuisiner et faire les devoirs, un duo gagnant ?

C’est le soir, notre enfant rentre de l’école et nous passons en cuisine pour éplucher quelques pommes de terre. Nous invitons notre enfant à faire ses devoirs. Aujourd’hui, c’est la récitation d’une poésie.

Un coup d’œil à l’horloge et un « Vas-y commence, je t’écoute ! » , le couteau à la main, donne le départ à notre enfant ! Il récite, il balbutie, il se reprend.

Puis finit par un « Maman, tu m’écoutes? »

« Oui, oui, bien sûr ! »


Et au fond de nous-même, nous savons bien que non, en fait, nous avons la préparation du repas d’abord à finir et nous pensions à complètement autre chose. Est-ce que cette scène vous parle ?

Dans notre vie surchargée de travail, il n’est pas simple de donner toute son attention à son enfant. Trois grandes fausses idées nous empêchent de développer une écoute attentive et attentionnée de notre enfant.

  1. « Le multitâche ? Je gère ! »

Le fait d’être multitâche est souvent associé à une image positive : nous avons l’impression de pouvoir tout contrôler en même temps et d’ainsi gagner du temps, d’être même extrêmement efficace. Pourtant le cerveau n’est pas capable de traiter deux choses simultanément. Ce que nous pensons être du multitâche est en fait une alternance de tâches. Nous allons porter notre attention sur le repas, puis sur les devoirs, puis revenir sur le repas, puis reporter notre attention de nouveau sur notre enfant. Nous montrons ainsi à notre enfant que le multitâche permet de faire plein de choses, mais en réalité, nous perdons du temps. Pourquoi ? Parce que si nous écoutions notre enfant avec toute l’attention qu’il mérite, nous pourrions lui donner un retour de ses erreurs plus spontané et dans un meilleur état d’esprit. Notre esprit ne serait pas parasité par le fait qu’il faut à tout prix finir ces patates ou par d’autres pensées ! Et votre enfant apprendrait beaucoup plus rapidement sa poésie.

  1. « De l’attention d’accord, mais vite alors ! »

Souvent pressés par le temps, nous parents, pouvons souvent donner notre attention à 100%, mais de manière trop courte car nous avons tendance à mettre la priorité sur notre planning. Le problème est que l’enfant perçoit que, même si nous sommes très attentifs sur le moment, nous ne le restons pas assez longtemps. Il est probable qu’il interprète donc cela comme si ce qu’il fait n’a pas vraiment d’importance. Le risque ? Que notre enfant perde confiance en lui !

  1. « Oui, oui, bien sûr, je t’écoute ! »

Un autre problème est ce que j’appelle « la fausse écoute ». Notre enfant est en face de nous et raconte sa journée. Nous sommes assis devant lui, mais nos pensées sont ailleurs et nous sommes en fait en train de faire la liste des courses ! Il n’est pas dupe ! Notre langage non-verbal, notre manque de réaction sur certaines de ses paroles vont lui indiquer que ce qu’il dit n’est pas entendu. Il va sentir que ce qu’il fait ne compte pas. Il va petit à petit dénigrer son propre travail. Soyons honnêtes : nous détestons nous aussi quand cela nous arrive, n’est-ce pas ?

Les bienfaits de l’attention

Une attention authentique et réelle offre de nombreux bénéfices :

Un lien plus fort avec son enfant : se sentir écouté, sentir que l’on fait partie de la famille, que ce que l’on fait ou dit est utile permet à l’enfant de se sentir plus connecté avec nous. De plus, par mimétisme, petit à petit, nous nous rendons compte que notre enfant se met lui aussi à mieux nous écouter.

La possibilité de lui laisser plus d’autonomie : inutile de laisser tomber le repas pour faire passer en priorité les devoirs ! Mais nous pouvons aider notre enfant à s’organiser. « Prépare la récitation et dans dix minutes, je viens t’écouter. » Notre enfant se sent alors responsable et soutenu. Et nous nous sentons organisés !

Un gain de temps ! Vraiment ! En focalisant sur l’instant présent et en nous concentrant sur l’activité en cours, nous sommes plus efficaces et de ce fait, nous gagnons du temps !

Une plus grande sérénité : en ne focalisant que sur une seule chose pendant un certain temps, nous accroissons notre capacité de concentration ! Notre cerveau va donc arrêter de faire des allers-retours entre différentes tâches. Résultat : nous nous sentons moins fatigués et la sensation d’être toujours débordé est atténuée !

En pratique, comment faire ?

Je t’écoute… pour de vrai !

Établir un contact visuel avec votre enfant : regardez-le dans les yeux et assurez-vous que vous êtes connectés l’un à l’autre. Son attention et la vôtre doivent être sur la même longueur d’onde. Vous êtes prêt à écouter et à être écouté.

Se mettre à son niveau : si votre enfant est assis, asseyez-vous avec lui par exemple. Ce mouvement physique lui fait comprendre (par langage non-verbal) que volontairement vous vous mettez à son écoute.

Oser dire que ce n’est pas le moment : donner un délai (« Je serai tout à toi dans 10 minutes ») et s’y tenir.

Oser la coopération : « si tu m’aides à préparer le repas, nous pourrons plus rapidement revoir la poésie ensemble ! »

– Et pour le cas où l’on sent que nous ne sommes pas dans un bon état d’esprit pour donner son attention à son enfant, se donner la permission de faire une pause, s’éloigner de son enfant, se ressourcer. Et le lui expliquer. Car oui, certaines journées sont plus contrariantes que d’autres et il faut parfois un temps pour relâcher la pression ! Une fois retrouvés votre bonne humeur et votre enthousiasme, vous pouvez plus sereinement accompagner votre enfant dans ses devoirs.

N’oublions pas que nos enfants ne seront avec nous qu’un temps. Offrons leur une présence bienveillante ! Oui, développer l’attention, nous avons tous à y gagner ! Osons-la afin de construire et de consolider ce lien parents-enfants si précieux ! Jour après jour, développons cet état d’esprit et notons les impacts et les bénéfices que cela crée au sein du cercle familial.

Pour aller plus loin :

– Pour développer son attention, la méditation est une bonne pratique ! En laissant glisser vos pensées et en se recentrant sur le moment présent sur votre respiration, sur votre environnement immédiat, vous entraînez votre cerveau à se focaliser.

– La technique du timer : un temps donné, une seule tâche, aucune distraction, aucune interruption. Efficacité approuvée !

Une conférence TED inspirante

Comment ça se passe chez vous ?

Savoir communiquer efficacement, une qualité difficile à acquérir ? Je vous invite maintenant à faire 2 choses :

  1. Laissez un commentaire pour partager votre avis : comment faites-vous pour écouter votre enfant avec attention ? quelles sont vos astuces pour vous rendre disponible ?
  2. Inscrivez-vous dans le formulaire ci-dessous pour recevoir gratuitement mon guide « Les 6 attitudes à connaître pour la réussite de votre enfant, de la maternelle au lycée »… et découvrir en détail pourquoi communiquer efficacement est une compétence essentielle aujourd’hui pour votre enfant. 

Envie d’en savoir plus ? Retrouvez d’autres conseils de Catherine Allibert, écrivain et accompagnatrice des enfants expatriés dans le monde de la langue française, sur son site http://www.unehistoiredeninjasetdesamourais.com et sur Facebook pour « Apprendre le français avec la souplesse du ninja et la rigueur du samouraï ! »

 

 

Crédit photo : kaliantye

5 comments on “Ecoutez efficacement votre enfant et accélérez le temps des devoirs”

  1. Très utile ! Cela parait pourtant tellement evident ! Mais encore faut-il en être conscient et bien l’appliquer !
    Je garde cet article dans mes tablettes car je ne doute pas avoir besoin d’une petite piqure de rappel dans quelques mois quand mon petit garçon entrera en primaire … 😉

    • « En être conscient » oui, c’est souvent là le problème. Pris dans ce flot de la vie de tous les jours, nous avons parfois des difficultés à prendre le recul nécessaire. Mais une fois que l’on a pointé du doigt ces « petits manques », on les remarque de plus en plus. Il est alors plus facile de trouver une solution. La prise de conscience permet la réflexion et la mise en action.
      En souhaitant une excellente rentrée à votre petit garçon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *