Brain Gym

Cet article participe au rendez-vous mensuel « Forme Vitalité Bien-être » : un groupe de blogueurs se réunissent chaque mois pour publier sur un thème choisi en commun.

Chaque article apporte un éclairage personnel sur le sujet choisi. 

Ce mois-ci, le thème est « Une pratique qui procure du bien-être » proposé par Guillaume, dont l’article est « L’auto-massage : une pratique qui procure du bien-être »

Lundi prochain, Guillaume proposera sur son site un résumé des contributions de tous les membres du groupe, que je vous relaierai dans un prochain article

 

Il y a quelques semaines, je vous présentais Sophie Grassi, orthophoniste, kinésiologue, intervenante à la Fabrique à Bonheurs et proposant des ateliers pour parents sur-mesure à Paris.

Parmi ses techniques de prédilection pour aider parents et enfants à déstresser, à faire le plein d’énergie figure le brain gym, autrement dit, la gym du cerveau.

Une approche ludique, toute douce qui peut vraiment vous aider au quotidien.

Dans cet article, je vous propose d’abord une présentation du brain gym par Sophie Grassi.

Puis comment j’ai utilisé cette approche au pied levé – et avec succès ! – dans l’accompagnement d’enfants.

Magali : Une technique peu connue que vous utilisez avec les enfants qui rencontrent des difficultés d’apprentissage ou de comportement, c’est le brain gym. Pouvez-vous nous décrire cette approche ?

Sophie Grassi : Le brain gym ça marche très bien ! C’est vraiment un bon outil et simple.

Le brain gym, c’est la gymnastique du cerveau, qui a été créée par Paul Dennison. C’est une branche de la kinésiologie qui s’appelle la kinésiologie éducative.

Paul Dennison, c’est un monsieur qui avait des lunettes avec des verres très épais, qui avait plein de problèmes, et il a mis au point 28 mouvements physiques qui permettent de travailler – un peu comme les réflexes archaïques mais à un autre endroit dans le cerveau – les connexions neurologiques.

Ces mouvements permettent aussi de libérer toutes les tensions : quand on se crispe et qu’on s’énerve, on serre tous les tendons, on se rétracte. Le brain gym propose par des mouvements simples de remettre en route ces circuits.

Ca passe souvent par les yeux, parce que les yeux c’est la porte d’entrée directe pour avoir accès au cerveau, pour reconnecter les deux hémisphères.

Les 28 mouvements de brain gym sont répartis en 3 catégories. Il y a :

– les exercices énergétiques pour avoir plus d’énergie

– les exercices de connexion cerveau droit et cerveau gauche qui sont plus liés à la communication entre soi et son environnement

– les exercices d’allongement.

Avec ces 3 catégories de mouvements, il s’agit de travailler 3 dimensions du cerveau : cerveau droit – cerveau gauche, haut – bas, et avant – arrière.

Le brain gym mobilise le tronc cérébral reptilien, active le système limbique des émotions pour aller vers le néo-cortex « j’apprends, je me réalise ». Pour bien fonctionner, nous avons besoin, les enfants ont besoin, que ça circule entre ces trois dimensions, que ce ne soit pas cloisonné.

J’ai testé le brain gym !

Début 2014, j’ai suivi plusieurs formations à la Fabrique à Bonheurs, animées par Audrey Akoun et Isabelle Pailleau. Toutes deux se sont formées au brain gym auprès de Sophie Grassi.

Alors, après le déjeuner, à l’heure où participants comme formateurs sont saisis de la même envie irrépressible d’une petite sieste, c’était 3 minutes de brain gym à la place d’un 3ème espresso pour retrouver de l’énergie.

Et j’avais été bluffée par le résultat : c’est vrai, en 3 minutes je me sentais prête à me remettre au travail, l’envie de dormir envolée 🙂

C’est quelques semaines plus tard que j’ai eu l’occasion – en désespoir de cause vous allez le voir et sans autre formation que les 3 exercices appris à la Fabrique à Bonheurs – de tester le brain gym avec un enfant.

A cette époque, j’accompagnais un groupe d’enfants au sein d’une association. Le principe : sortie d’école, goûter, accompagnement aux devoirs, puis ateliers artistiques jusqu’à l’arrivée des parents.

A la fin de l’heure des devoirs, une animatrice m’amène une petite fille, Louise*, et me dit « est-ce que tu peux l’aider à finir ses devoirs ? ». Je dis oui avant d’avoir vu le piège se refermer sur moi !

Assez vite, je comprends que faire les devoirs, ça ne va pas être possible. Louise n’arrive même pas se concentrer sur la lecture des consignes, sans même parler de faire les exercices. Manifestement, ce n’est pas un problème de capacité : elle sait bien lire.

Découragement ? Epuisement ? Pas le bon moment ?

Alors j’improvise, je prends au hasard un des exercices de brain gym que je connais. Elle le fait avec moi, sans montrer d’enthousiasme excessif, mais quand même, ça marche. Après ça, on arrive à se remettre aux devoirs, les exercices sont finis, elle peut rejoindre les autres pour l’atelier artistique.

La vraie surprise m’attend une semaine plus tard. A peine le goûter fini, Louise se précipite vers moi « dis, on peut refaire le jeu de la semaine dernière ? ».

« Le jeu de la semaine dernière ??? »… je fouille dans ma mémoire. Ah, l’exercice de brain gym !!! Alors, bien sûr, on le refait ensemble. Et devinez quoi ? Les devoirs sont passés comme une lettre à la poste ce jour-là 😉

* pour garantir l’anonymat des enfants, leurs prénoms sont bien sûr changés dans l’article.

 

Comment ça se passe chez vous ?

Connaissiez-vous déjà le brain gym ?

Avez-vous d’autres trucs & astuces pour déstresser et faire le plein d’énergie avec vos enfants, en particulier avant d’entamer les devoirs ? 

Partagez votre expérience dans les commentaires ! 

 

Pour aller plus loin, voici un lien vers le livre de Paul Dennison, qui présente en détail le brain gym.

Et cet autre livre – que je n’ai pas testé – qui semble présenter de façon plus accessible les exercices de brain gym :

 

Crédit photo : CristinaFernandz

Recherches utilisées pour trouver cet article : www gym pour la zomme cingulair du cerveau ,enfant gym de cerveau ,gym du cerveau ,solution aux jeux la gym du cerveau

4 comments on “Connaissez-vous la gym du cerveau ? 5 minutes pour le plein d’énergie !”

    • Bonjour Murielle,

      Merci pour votre message ! Je vous souhaite de trouver une formation ou un livre intéressant sur le sujet (j’en ai repéré plusieurs, mais ne les ai pas encore lus), c’est vraiment une bonne pratique à avoir dans sa boîte à outils pour accompagner autant les enfants que les adultes 🙂

      A bientôt sur Parents du 21ème siècle,
      Magali.

  1. Moi aussi ça a attiré ma curiosité !!! Peut être que tu as une vidéo YouTube à nous conseiller, je testerais bien tout de suite sur ma fille 🙂
    Je comprends de ton article que ta mise en application à bien marché sur un enfant ; tel que tu présentes l’exercice, on se dit que cela pourrait être intéressant à tout âge : tu confirmes ?

    • Bonjour Guillaume,

      Merci pour ton message ! Excellente question, il y a effectivement sur YouTube toute une collection de vidéos de brain gym, des plus sérieuses aux plus cocasses 🙂

      En voici 2 qui m’ont particulièrement plu :
      1. Le brain gym en version fitness pour réveiller le cerveau avant un examen
      2. Des exercices plus sophistiqués, ciblés pour les enfants présentant des troubles de l’attention ou dyslexiques.

      Un seul inconvénient : elles sont en anglais, cette technique étant – comme je le détaille dans l’article – originaire des Etats-Unis et encore peu répandue en France.

      Et oui, tu as raison, cette pratique est autant bénéfique pour les adultes que pour les enfants. Je t’encourage à tester les mouvements en même temps que ta fille 😉

      A bientôt sur Parents du 21ème siècle,
      Magali.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *