Je vous propose aujourd’hui 3 conseils éclairés pour répondre à cette question délicate : Comment engager un dialogue constructif avec l’enseignant de mon enfant ? Comment faire quand il y a une difficulté scolaire ou de comportement ? 

Il s’agit de la dernière d’une série de 4 interviews réalisées avec Béatrice Sabaté, Présidente de l’Association Discipline Positive France.  

Pourquoi lire cette interview : 

Le dialogue entre parents et enseignants n’est pas toujours fluide. Pourtant, en tant que parents, il y a des sujets que nous voudrions vraiment aborder avec le prof de notre enfant : un sujet qu’il n’a pas compris, un problème de comportement qui nous a été signalé, ou notre enfant qui ne s’entend pas bien avec son prof. Béatrice Sabaté, Présidente de l’Association Discipline Positive France, nous donne ici 3 conseils éclairés.

Si vous ne deviez retenir qu’une seule idée :

Les enseignants sont aujourd’hui très malmenés dans leur mission et dans leur fonction. Il est important de trouver la juste distance pour pouvoir engager une discussion parents-profs constructive. Adopter une attitude ouverte, de coopération est une clé pour amorcer le dialogue !

Entretien avec Béatrice Sabaté

Magali : Comment les parents peuvent-ils engager un dialogue avec l’enseignant de leur enfant quand ils ont connaissance d’une difficulté scolaire ou de comportement ?

Béatrice Sabaté portrait
Béatrice Sabaté, Présidente de l’Association Discipline Positive France

Béatrice Sabaté : Ce n’est pas évident !

Si l’enseignant reste dans une posture de sachant ou si le parent a du mal à s’impliquer de façon respectueuse, ces réunions peuvent être houleuses.

Entrer dans une démarche de co-éducation n’est pas inné. Si on remonte dans le temps, l’instituteur du village était celui qui avait le savoir. Aujourd’hui, il suffit d’un clic et on a accès à toute l’information dont on peut rêver !

Notre défi dans une pédagogie de la coopération est de diriger l’énergie non pas « contre » mais « vers ». C’est d’ailleurs tout à fait possible puisque les envies de transmission des enseignants et celles des parents ne sont pas si éloignées les unes des autres.

Magali : Pourtant, il est difficile pour les parents d’ignorer le problème que rencontre leur enfant !

Béatrice Sabaté : Ignorer le problème ne serait pas une solution, ce serait une stratégie d’évitement qui ne serait pas satisfaisante à long terme. Chercher et construire ensemble le cadre permettant de co-éduquer permettra de centrer l’énergie sur le devenir de l’enfant tout en s’enrichissant des perspectives de chacun.

Magali : Concrètement, comment est-ce que les parents peuvent trouver cette juste distance ?

Béatrice Sabaté : Il s’agit d’entrer dans une démarche de co éducation. Concrètement, c’est pouvoir partager son inquiétude de parent dans un esprit « d’avancer avec », de trouver des solutions ensemble.

Une première approche pourrait être aussi simple que : « J’ai besoin de votre aide. J’ai une inquiétude que j’aimerais partager avec vous afin de pouvoir y réfléchir ensemble. » (Conseil n°1)

Les questions de curiosité peuvent aussi aider à amorcer le dialogue « Qu’est-ce qui se passe dans la classe ? Est-ce qu’il y a des marges de progression ? Qu’est-ce qu’on pourrait faire ? Qu’est-ce que vous faites déjà ? Est-ce que vous avez des suggestions ? Qu’est-ce que mon enfant peut faire à la maison ? Qu’est-ce que je peux faire pour aider mon enfant à la maison ? » (Conseil n°2) 

On se met dans une relation de co-responsabilité, centrée sur la recherche de solution.

Il faut néanmoins garder à l’esprit que ces questions de curiosité peuvent parfois être déstabilisantes pour l’enseignant. Ce ne sont pas des formules magiques mais des prolongements concrets d’une démarche de co éducation.

Leur grand intérêt, c’est qu’avec la recherche de solution, on sort du « c’est la faute à qui ? » pour regarder ce qui peut permettre d’avancer dans la même direction.

C’est important aussi d’utiliser l’encouragement, de partir de ce qui est positif (Conseil n°3) « Mon enfant a été ravi de telle activité… » pour emmener l’enseignant vers « maintenant, je sens qu’en grammaire il est un peu hésitant ». L’idée est de construire à partir de l’existant et de valoriser ce qui fonctionne déjà.

Pour aller plus loin

Consultez les deux livres de Jane Nelsen vendus à plusieurs millions d’exemplaires dans le monde, traduits et adaptés en français, par Béatrice Sabaté. 

Pour en savoir plus, cliquez sur l’image : 

La Discipline Positive, Jane Nelsen
La Discipline Positive pour les adolescents, Jane Nelsen

 

 

2 comments on “Bonus Interview Béatrice Sabaté (4/4) : 3 astuces pour un dialogue constructif avec l’enseignant de mon enfant”

  1. Bravo pour ce site Magali!

    Ravie de lire sur la Discipline positive. On nous a fait cadeau de l’edition americaine a la naissance de notre fille et je le lis et relis regulierement, le « terrible 2 » approchant a grand pas J’adore cette approche. Elle remet en question, les idees recues sur ce qu’est l’education et aide a comprendre le stade du developpement de l’enfant.

    • Bonjour Andrea,

      Quel plaisir de te lire 🙂 Maman d’une petite fille de bientôt 2 ans, félicitations !!!

      C’est un beau cadeau que l’on t’a fait à la naissance de ta fille. Ce livre donne vraiment beaucoup d’informations et d’outils pour encourager nos enfants à grandir. J’aime beaucoup l’idée de bienveillance pour l’enfant et de fermeté pour respecter le monde de l’adulte.

      A bientôt sur Parents du 21ème siècle,
      Magali.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *